Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

CBD : Une opportunité pour les agriculteurs

CBD : Une opportunité pour les agriculteurs
Suite à l'accord du Conseil d’État offrant désormais un cadre légal à la vente de fleurs et feuilles de chanvre présentant un taux de THC inférieur à 0,3 %, il est temps développer la filière selon Emma Ducros dans un article publié dans L’Opinion.

« Une épée de Damoclès disparaît ! »

Soulagement pour Charles Morel, président de l’Union des Professionnels du CBD : « Il y avait une grande confusion entre ce qui était autorisé ou pas. C’est désormais plus clair. Cela va faciliter nos relations avec le monde de l’assurance et de la banque. Il était très difficile pour les commerces de CBD d’ouvrir des comptes en banque, car certains établissements les blacklistaient plus ou moins officiellement. Cela compliquait beaucoup la vie des entreprises. Et on ne parle même pas de l’impossibilité à concrétiser des investissements. Les bailleurs de fonds intéressés étaient rebutés par le risque. »

Pour l’heure, 8 % des Français utiliseraient plus ou moins régulièrement des produits décontractants à base de CBD. Le marché, qui se chiffre actuellement à un milliard d’euros, peut s’étendre.

Président de l’Union pour la Valorisation industrielle des Extraits de Chanvre, Ludovic Rachon explique que si cette partie de la filière était moins concernée directement par l’interdiction de vente des fleurs et feuilles, une partie de l’activité sort de l’impasse : « certains de nos membres développent des compléments alimentaires ou tisanes. Ils étaient handicapés par le flou persistant autour des morceaux de plante. La saga juridique s’arrête. » Jusqu’ici, les professionnels des ingrédients devaient le plus souvent se servir de chanvre cultivé hors de France.

Et pour cause : les agriculteurs français qui souhaitaient se lancer devaient produire, avant de semer, des preuves qu’ils avaient signé un contrat pour la destination finale de la production.

« Par exemple, pour 2023, alors qu’il faut acheter les graines maintenant, il était impossible d’avoir la moindre visibilité. »

La disposition, moins spectaculaire mais tout aussi étouffante pour le développement, a, elle aussi, été annulée par le Conseil d’État.

Des fermes vont pouvoir investir, pour cultiver le CBD et pour l’utilisation des co-produits pour produire des matériaux isolants. L’interprofession du secteur prévoit un triplement des surfaces d’ici à dix ans.
voopoo
Zovoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article