Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Récapitulatif sur le ban des arômes en Europe

Récapitulatif sur le ban des arômes en Europe
Une étude récente de la Yale School of Public Health (YSPH) a suggéré que l'interdiction des arômes peut entraîner des taux plus élevés de tabagisme chez les adolescents.

Les résultats arrivent à un moment particulièrement pertinent, compte tenu de l'intense discussion en Europe autour des cigarettes électroniques et de la possibilité d'interdire les arômes dans les eliquides.

Les Pays-Bas, en particulier, prévoient d'interdire les arômes des eliquides, malgré une forte réaction du public. Une décision qui pourrait avoir des répercussions importantes pour la TPD de fin de 2021.

Un débat intense a eu lieu autour des cigarettes électroniques depuis que les appareils sont arrivés sur le marché.

Il y a eu beaucoup de craintes selon lesquelles le vapotage pourrait servir de passerelle vers le passe-temps beaucoup plus dangereux de fumer des cigarettes.

Cependant, certaines études ont directement repoussé cette théorie, tandis que d'autres ont démontré que le vapotage peut être un moyen efficace de se débarrasser d'une habitude de fumer et pourrait donc être un outil important pour réduire le risque de problèmes de santé des fumeurs.

La décision néerlandaise va à l'encontre de la science

Récapitulatif sur le ban des arômes en Europe
La question des eliquides aromatisés n'est actuellement nulle part plus controversée qu'aux Pays-Bas. En effet, comme expliqué dans l'un de nos précédents articles les vapoteurs néerlandais essaient de sauver les saveurs de leurs eliquides.

Depuis juin 2020, le gouvernement a fait pression pour l'interdiction de tous les arômes, malgré le fait que la recherche montre que les fumeurs qui passent aux e-liquides aromatisés sont beaucoup plus susceptibles d'arrêter définitivement leur habitude de fumer que ceux qui utilisent des alternatives aromatisées au tabac.

Étant donné qu'un examen approfondi de Public Health England a suggéré que le vapotage est à peu près 95 % moins nocif que le tabagisme, une interdiction pure et simple des saveurs qui rendent les fumeurs plus susceptibles d'arrêter de consommer du tabac combustible semblerait aller à l'encontre à la fois de la science et des principes du pays.

Si les politiciens néerlandais ne sont pas conscients de l'apparente contradiction dans les termes, le public le sait certainement. Une période de consultation organisée sur l'interdiction proposée a suscité la plus grande réponse jamais enregistrée dans l'histoire du pays, avec plus de 1 100 commentaires.

98% d'entre eux étaient contre l'interdiction, tandis que 74% ont explicitement mentionné à quel point les arômes ont été bénéfiques pour arrêter de fumer. Malgré cette vive opposition, le gouvernement néerlandais a tenu bon et fait tout de même passer l'interdiction.

Les conséquences du ban des arômes

Récapitulatif sur le ban des arômes en Europe
C'est une décision qui pourrait ramener jusqu'à 260 000 vapoteurs néerlandais au tabagisme, selon un rapport récent, et cela pourrait également avoir des ramifications encore plus importantes pour le reste du monde.

Les experts estiment « un milliard de décès dus au tabagisme et à d'autres formes de consommation de tabac » d'ici 2100 et appellent à une société sans tabac d'ici 2040.

La sombre projection est un rappel brutal des effets mortels de la consommation de tabac combustible comparé à la vape qui n’a engendré aucun décès.

Les Pays-Bas incarnent cette pensée, bien qu'ils aient longtemps été considérés comme une nation progressiste avec des principes libéraux.

Par conséquent, sa décision de réprimer les eliquides aromatisés pourrait provoquer un effet domino d'une législation similaire dans l'UE et ailleurs.

Cela pourrait plaire aux organismes de santé publique et aux décideurs politiques qui plaident pour une société totalement sans nicotine, mais cela ignore tout simplement la réalité au prix d'un nombre incalculable de vies.

Alors que l'agression des Pays-Bas contre les cigarettes électroniques est particulièrement préoccupante, l'UE dans son ensemble a également fait des faux pas.

Les communications de la Commission ont à plusieurs reprises omis de faire la distinction entre les profils de risque divergents des cigarettes électroniques et des produits du tabac combustibles.

Cette équivoque semble avoir déjà eu un effet sur la perception des consommateurs européens de ces produits.

Fait inquiétant, des sondages ont indiqué que près de 60% des Européens pensent à tort que vapoter est aussi dangereux que fumer.

La plupart des fumeurs européens, quant à eux, n'ont même pas essayé une cigarette électronique, ce qui pourrait en partie expliquer les taux de tabagisme obstinément élevés de l'UE.

À l'occasion de la Journée mondiale sans tabac en mai 2021, la commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides, a admis que si la législation de l'UE sur le tabac, y compris la directive radicale sur les produits du tabac, a « clairement eu un impact positif sur les taux de tabagisme dans l'UE », le bloc a vu une baisse modeste de la prévalence du tabagisme d'environ 6% depuis 2006.

Bruxelles doit viser plus haut afin d'atteindre son objectif ambitieux de réduire les taux de tabagisme en dessous de 5% des citoyens d'ici 2040.

En effet, atteindre cet objectif nécessiterait une chute brutale de la prévalence du tabagisme dans l'ensemble de l’UE, étant donné qu'environ 25 % des citoyens de l'UE consomment actuellement du tabac.

Le rêve de l'UE d'une génération sans fumée semble encore plus hors de portée lorsque des États membres comme les Pays-Bas tentent d'interdire les e-liquides aromatisés, privant le vapotage de l'un de ses attributs les plus attrayants et risquant de le neutraliser en tant qu'arme efficace dans la guerre contre la cigarette.

L’Angleterre en marge de l’UE

Récapitulatif sur le ban des arômes en Europe
Bien sûr, ce n'est pas partout qu'on adopte une telle attitude du tout ou rien envers la pratique du tabagisme.

Au Royaume-Uni, par exemple, un rapport de Public Health England (PHE) a reconnu comment une transition vers les cigarettes électroniques pourrait réduire le nombre de décès prématurés causés par le tabagisme et avoir un impact globalement bénéfique sur la santé publique.

Le journal a également déclaré qu'il n'y avait aucune preuve que les cigarettes électroniques compromettent une baisse à long terme des taux de tabagisme dans le pays et qu'en fait, elles pourraient même y contribuer.

Il n'est donc peut-être pas surprenant que des boutiques de vape aient même été autorisées à s'ouvrir, attachées aux hôpitaux britanniques pour soutenir les programmes de sevrage tabagique. L'incapacité de la faction anti-vapotage à voir l’efficacité de la cigarette électronique met en danger la réussite d’une UE sans tabac.

Les effets néfastes scientifiquement prouvés de la consommation de tabac combustible sont indiscutables, c'est pourquoi accepter le vapotage comme une option à risque réduit est essentiel pour parvenir à une société sans tabac, un fait que les décideurs politiques européens ne veulent pas reconnaître.
offre le petit fumeur
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article