Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Le Top 5 des Mythes autour du vapotage

Le Top 5 des Mythes autour du vapotage
Le vapotage est victime depuis toujours d'une chasse aux sorcières. On lui associe souvent les mêmes méfaits que le tabagisme et bien plus encore. Cet article lève le voile sur certains mythes sur l'utilisation de la cigarette électronique.

Mythe N°1 : La e-cigarette est responsable de la maladie du travailleur du pop-corn

Vapoter serait à l'origine de la bronchiolite oblitérante, une affection pulmonaire grave également connue sous le nom de maladie du travailleur du pop-corn. Cette pneumopathie doit son nom au fait qu'elle ait été observée pour la première fois chez des personnes travaillant dans une usine de pop-corn alors exposées à une forte dose de diacétyle. L'on pointe ainsi du doigt cet ingrédient qui entre dans la composition de certains e-liquides. Toutefois, le taux de cet élément dans les e-liquides est très faible par rapport à celui détecté dans la fumée de cigarette classique. Et actuellement d'ailleurs, le diacétyle est proscrit de la composition des jus fabriqués en France et au Royaume-Uni.

Mythe N°2 : Vapoter est dangereux pour la santé à cause de la nicotine

Aujourd'hui encore, la nicotine est accusée à tort comme étant à l'origine de nombreuses maladies dues au tabagisme, notamment le cancer. Et puisque certains e-liquides sont aussi nicotinés, ils se retrouvent alors dans le même sac que la cigarette combustible. La nicotine ne présente toutefois pas un réel danger pour la santé, bien que l'on puisse lui attribuer l'accoutumance au tabac ou à la e-cigarette. Ce sont en effet les autres composants contenus dans la fumée de cigarette combustible qui sont les plus dangereux. La combustion du tabac conduit à la formation de nombreuses substances cancérigènes comme le goudron et le monoxyde de carbone. Or, dans le clearomiser de la cigarette électronique, le e-liquide est juste vaporisé ce qui limite grandement l'apparition d'éléments nocifs. Bien que la vapeur expirée lorsque l'on vapote contienne quelques produits chimiques identiques à ceux observés dans la fumée de tabac, ils s'y retrouvent à un taux très faible.

Mythe N°3 : La composition exacte des e-cigarettes et des produits du vapotage n'est pas connue

La fabrication, la présentation et la vente de produits de vapotage qu’il s’agisse d’e-liquides ou accessoires de cigarette électronique sont régies par des normes de santé et de sécurité strictes. Une directive de l'Union européenne impose aux importateurs et aux fabricants de produits du tabac de réaliser une déclaration auprès des autorités compétentes de l'État membre avant la commercialisation : l'ANES pour la France et le MHRA pour le Royaume-Uni. Les fabricants sont ainsi tenus de transmettre la composition ainsi que les données toxicologiques des composants sans oublier les études sur certains additifs. Les produits de vapotage doivent également répondre à des exigences concernant l'étiquetage et l'emballage pour informer les consommateurs de leur contenu.

Mythe N°4 : Le vapotage passif est nocif pour la santé ?

La fumée de la cigarette classique est chargée de substances nocives qui se retrouvent à un taux vraiment moindre dans la vapeur expirée durant le vapotage. Le e-liquide est en effet seulement à base de propylène glycol et/ou de glycérine, de nicotine et d'arômes. De plus, la vapeur émise sous forme d'aérosol, c'est-à-dire sous forme de fines particules liquides, a une durée de vie beaucoup moins longue que la fumée de cigarette. Jusqu'à aujourd'hui - l'étude réalisée par l'agence sanitaire britannique PHE en 2018 à l'appui -, le vapotage n'a révélé aucun risque pour la santé des tiers. Bien sûr, pour les personnes souffrant d'affections respiratoires ou d'asthme et qui réagissent au pollen et autres irritants, l'exposition est à réduire au maximum.

Mythe N°5 : Le vapotage n'est pas efficace pour arrêter de fumer

Que nenni ! Vapoter serait au contraire une des méthodes offrant le meilleur résultat pour arrêter de fumer d'après une étude financée par le NIHR ou National Institute for Health Research au Royaume-Uni. Il s'agit d'un essai clinique d'envergure mené auprès de 900 participants. Cette étude a permis d'établir que vapoter est deux fois plus efficace pour se défaire du tabagisme que les autres méthodes standards comme les substituts nicotiniques. Le vapotage permet en effet de conserver le geste de fumer et de combler le besoin de nicotine. D'ailleurs en vapotant, il est possible de réduire au fur et à mesure le dosage en nicotine pour finalement se défaire complètement de l'accoutumance.
offre le petit fumeur
Apivape
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article