Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

La Fivape multiplie les alertes sur le phénomène puff

La Fivape multiplie les alertes sur le phénomène puff
Depuis le 21 décembre, la Fivape a transmis aux autorités, une série de signalements autour des puffs que les adolescents s'arrachent.

Ils ont interpellées la Direction générale de la Santé (DGS), la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) ainsi que la Mission interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites addictives (Mildeca). La DGS a pris le dossier en main.

Mais pourquoi ?

Les Puffs ne respectent en rien les lois en vigueur, « tant concernant le public visé, principalement les jeunes adolescents, que sur l’obligation de notification des produits auprès de l’Anses » précise la Fivape.

Une illégalité qui concerne notamment le taux maximum de nicotine autorisé dans chaque produit. En France, celui est fixé à 20 mg/ml.

Or, pendant plusieurs semaines, de novembre à la fin d’année, de nombreuses Puffs avec des taux de 50 mg de nicotine par ml – soit plus du double de la dose permise – ont été vendues sur Internet et les réseaux sociaux. Sans aucune mention d’alerte et de protection des mineurs pourtant obligatoire.

Sur Instagram, TikTok ou Snapchat, les vidéos faisant la promotion des grandes marques de Puffs sont légion. Le produit a également pénétré le marché noir.

Après les habituelles listes des variétés de cannabis ou de cocaïne disponibles, les dealers n’hésitent plus à proposer à la vente des lots de Puffs.

« On a ensuite constaté la disparition progressive de ces produits illégaux fortement dosés en nicotine, et une arrivée des Puffs chez les buralistes, en grande distribution, sur les sites de vente en ligne. Ce sont des produits légaux aujourd’hui, déclarés, qui respectent l’étiquetage. Il n’y a plus de problème dans les produits mais le contrôle de l’âge n’est toujours pas respecté », observe Gaëtan Gautier, délégué général de la Fivape, « il n’y a aucun marquage mentionnant l’interdiction aux mineurs dans le rayon et en caisse, il n’y a pas de contrôle de l’âge. »

Contacté par Libération, l’enseigne Gifi a assuré que les Puffs sont « effectivement vendus dans leurs enseignes, au niveau des caisses », avec une signalétique indiquant que la vente est interdite aux mineurs. Une vente « très encadrée » selon l’enseigne.

Pour Sébastien Béziau, cofondateur de Sovape, il est important que les autorités se saisissent du sujet car « la vente de produits avec nicotine en libre-service est illégale, de même que la vente de ces produits aux mineurs ».

Toutefois, il rappelle que la Puff est un effet de mode, qui ne doit pas détourner les autorités de la lutte anti-tabac. « Aujourd’hui, il y a encore beaucoup plus de jeunes qui fument des cigarettes que ceux qui vapotent des Puffs. Il faut faire appliquer la loi sur les buralistes car 50 % d’entre eux vendent toujours aux mineurs ».

Nous ne le répéterons jamais assez,
si tu n'es pas fumeur, que tu n'es pas un vapoteur :


NE COMMENCE JAMAIS !
offre le petit fumeur
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article