Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

Les écoles du Québec en action contre la vape

Les écoles du Québec en action contre la vape
Des écoles secondaires de la région de la ville de Québec lancent leur programme de prévention « Génération sans fumée » qui a pour but de lutter contre le tabagisme et le vapotage chez les jeunes.

D’une école à l’autre, les plans ne sont pas les mêmes. Dans l’une d’elles, des QR codes sont mis à dispositions des élèves. Ces derniers redirigent vers des vidéos de sensibilisation au vapotage. Les élèves vapoteurs peuvent, s’ils le souhaitent, également rencontrer des adultes afin de mettre en place un arrêt de leur consommation.

Le professeur d’éducation physique de ce même établissement, qui est également partenaire du projet « Génération sans fumée » indique que la vape est un « fléau ».

« C’est la nouvelle façon de consommer le tabac et les produits de la nicotine ». Pour lui, aujourd’hui « la cigarette c’est "out", la vape c’est "in" ». Le problème a selon lui empiré durant les dernières années.

Le « problème » est répandu au Québec. Là-bas, un élève de deuxième cycle du secondaire sur trois a vapoté dans les 30 derniers jours selon le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS).

Ce même organisme aide les milieux scolaires à sensibiliser les jeunes à la cigarette électronique.

La directrice générale du CQTS, Annie Papageorgiou explique que « les jeunes veulent arrêter de vapoter et ils veulent des outils pour le faire. Le plan pour une génération sans fumée répond à ces besoins. »

Le projet « Génération sans fumée » a trois objectifs : Prévenir l’initiation des produits tabagiques, encourager ceux qui consomment d’arrêter et assurer l’application de la loi, car il est interdit de vendre ou donner des produits de vapotage aux personnes de moins de 18 ans.

Mais ces interventions vont à l’encontre de réglementations dans beaucoup de pays comme la Belgique ou le Royaume-Uni. Ces deux pays ont reconnu la vape comme moins nocive que le tabagisme.

Récemment, le Conseil supérieur de la santé belge a publié un rapport qui met en avant la cigarette électronique comme outil pour un sevrage tabagique.

Du côté du Royaume-Uni, en 2015, le Public Health England (PHE), reconnaissait la vape au moins 95% moins nocive que le tabagisme. Cette affirmation est maintenue en 2022, puisque le PHE a missionné un organisme indépendant de passer en revue les dernières études sur la vape.

Ce rapport affirme que l’estimation « au moins 95% moins dangereuse que le tabac reste largement valable » et que « vapoter est efficace pour arrêter de fumer ».

Cependant, ce rapport, comme celui du Conseil supérieur de la santé belge, met en avant que vapoter n’est pas sans risque, surtout pour les personnes n’ayant jamais fumer.

Dans ces deux rapports, il est largement mis en avant que la cigarette électronique doit être un outil de sevrage tabagique puis nicotinique et non un accessoire de mode.

Ainsi, il est compréhensible que des établissements scolaires mettent en place des actions contre la cigarette électronique chez les jeunes, surtout si ces derniers n’ont jamais fumé et se mette à consommer de la nicotine par ce biais.
offre le petit fumeur
voopoo
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article