Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon

Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon

Où acheter le eliquide Diabolo de chez Abalon :

Diabolo de chez Abalon

Introduction :

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, découverte d'une marque Française ABALON, proposée par la société ULTIMAX, dont les liquides sont conçus à GRASSE et conditionnés en région Parisienne en Seine et Marne.

ABALON propose aussi bien des e-liquides prêt à vaper en 10 ml, mais aussi du Shake N Vape en 50 ml et du DIY.

Fiche technique du e-liquide :

Fabricant : ABALON
Fabrication made in : France
Les différents taux de nicotine disponibles : 0 mg
Répartition PG / VG : 50 / 50 ou 30 / 70
Contenance disponible : 50 ml

Packaging du flacon :

Flacon de 60 ml rempli à 50 ml sans nicotine, surdosé avec 20% d'arômes en plus pour compenser la dilution du Booster.

Doit être mélangé avec un Booster de nicotine, taux final après mélange d'un booster : 3 mg/ml.

Si vous préférez sans nicotine, mettre 10 ml de base neutre.

Les fioles plastiques ont un bouchon sécurisé et l'étiquette comporte les mentions nécessaires…

Avant de te donner mon avis, je tiens à te préciser que, tester un e-liquide est un exercice relativement difficile et forcément subjectif car il dépend des goûts et du palais de chaque vapoteur.

Avis :

Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon
Testé avec le kit GEN 200 et ITANK de chez VAPORESSO, coil de 0.40 ohm, je trouve un rendu bien agréable...

À travers la vapeur, on a l'impression de siroter un bon sirop de grenadine dans lequel baigne une belle tranche de citron...

On trouve l'arôme de la fraise à la base de cette grenadine sucrée.

Elle est accompagnée d'un excellent citron qui apporte une légère acidité et un côté rafraichissant au liquide.

Le rendu est réaliste, doux, sucré, acidulé, frais... Les sensations sont au rendez-vous.

Il ne manque que les petites bulles qui pétillent dans le clearomiseur et qui viennent te chatouiller les papilles !

Cet eliquide est bien dosé et équilibré, c'est très agréable à vapoter.

La minute culture :

Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon
Connais-tu l'origine de la grenadine ?

Pour retrouver la première trace des sirops, il faut remonter à la fin du XIème siècle, au temps des croisades au Moyen-Orient, dans la vallée de l’Indus entre l’Inde et le Pakistan.

À l'époque, les croisés découvrent un breuvage appelé « charâb ». Ils y prennent tellement goût qu'ils vont conserver le mot en le transformant à la mode occidentale.

Le mot « sirop » provient ainsi de l’arabe « charâb », qui signifie « boisson » en arabe et du latin « sirupus », désignant une boisson à base de dissolution sucrée et aromatisée de diverses substances.

Quant aux sirops de fruits, leur origine remonte à l’histoire de la Grèce Antique et de Rome.

À cette époque, les fruits frais étaient conservés avec du miel de façon à ce que les boissons aromatisées aux fruits puissent encore être préparées une fois la saison passée.
Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon
Puis, au XVIIème siècle, Vatel, le cuisinier de Louis XIV, met en évidence le fait que l’usage du sucre de canne permet la conservation la plus fidèle des fruits dans le temps, tout en respectant la sincérité du goût.

Mais si l’idée du sirop en découle, la technique mise en œuvre est différente : Il ne s’agit pas d’ajouter du sucre aux fruits, comme le font les confiseurs ou confituriers, mais d’évaporer l’eau des fruits pour le concentrer, puis de l’intégrer à un sirop de sucre.
Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon
Ce sont d’ailleurs les cuisiniers qui, dans un premier temps, ont concocté des recettes comme la grenadine, au XVIIIe siècle et que l’on peut lire pour la première fois l’expression « sirop » en français, dans un texte qui évoque les sirops utilisés en pharmacie et en cuisine.

À l'époque, on utilise principalement des fleurs et des plantes comme la camomille, la rose ou encore le sureau.

Le XIXème siècle voit la gamme de l’emploi quotidien du sucre s’élargir et les sirops « pour jeunes et femmes » se multiplient : Sirop à la gomme, sirop Rossoly (fenouil, coriandre, anis, aneth), sirop d'orgeat ou à la grenadine.

Les sirops de cerises, de framboises, de citron, d’orange, voire de vinaigre framboisé se développent également. En 1847, la consommation de ces sirops représente un volume de 620 236 litres pour l’agglomération parisienne, et elle double jusqu’en 1900.
Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon
Et c'est quelques années plus tard, le 28 juillet 1908, que le terme « sirop » apparaît pour la première fois dans un texte réglementaire.

Conclusion :

Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon
Voilà un eliquide qui réveille des souvenirs gustatifs qui va ravir les amateurs de grenadine fraîche.

Les arômes font réalistes, c'est très bien dosé et c'est à consommer sans modération.
Test - Eliquide - Diabolo de chez Abalon
offre le petit fumeur
voopoo
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article