Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

Encore et toujours des études bidons sur la vape

Encore et toujours des études bidons sur la vape
De nombreux chercheurs affirment que vapoter peut avoir des effets néfastes sur le long terme. La cigarette électronique pourrait même entraîner le réveil des cellules cancéreuses pour des non-fumeurs.

À noter qu'aucun nom n'est cité dans ces nombreux chercheurs !

De nombreuses études prouvent que vapoter est moins dangereux pour la santé que les cigarettes. Mais les résultats n’ont pas encore assez de recul pour démontrer la dangerosité de la cigarette électronique.

Êtes-vous sur de vos conclusions ? On en parlait justement dans cet article : La France est encore à la ramasse sur la vape.

D’un autre côté, des scientifiques tentent de comprendre pourquoi une personne atteinte d’un cancer du poumon sur 8 ne fument pas.

Les chercheurs s’aperçoivent que la présence de particules de suie dans l’air (agréant polluant) sont à l’origine du développement de cellules cancéreuses dans les poumons.

Ah parce que maintenant il y a de la suie dans la vape ?

Cette découverte pousse les scientifiques à penser que l’exposition à la pollution de l’air peut provoquer une inflammation des poumons.

Pendant la période de cicatrisation, des cellules cancéreuses se « réveilleraient ».

Ils craignent que le même processus s’applique pour les utilisateurs de cigarette électronique.

Cancer des poumons pour les vapoteurs

Les scientifiques cherchent des solutions !

En 2021, la France comptait près de 3 millions de vapoteurs et le chiffre ne cesse d’augmenter chaque année.

Les fumeurs de tabac s’orientent vers les cigarettes électroniques pour arrêter mais les risques d’un cancer continuent.

Après ces résultats, les scientifiques pensent que le réveil de ces cellules cancéreuses peut être arrêté avec des anti-inflammatoires.

« Le mécanisme que nous avons identifié pourrait nous aider à trouver de meilleurs moyens de prévenir et de traiter le cancer du poumon chez les non-fumeurs », déclare le chercheur au FCI, Charles Swantonb, dans The Independent.

Le but étant d’anticiper les potentiels cancers des poumons qui pourraient se manifester dans une dizaine d’année.

En mettant au point une solution, cela évitera à des non-fumeurs de se retrouver avec un cancer des poumons après une inflammation causée par la pollution de l’air.
Encore et toujours des études bidons sur la vape
offre le petit fumeur
voopoo
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article