Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

Le vrai du faux des études sur la cigarette électronique les plus diffusées sur internet

Le vrai du faux des études sur la cigarette électronique les plus diffusées sur internet
24 des études les plus populaires sur le vapotage ont été analysées par une équipe de chercheurs internationaux. Le but était d’analyser les erreurs qu’elles pouvaient comprendre. Et elles s’avèrent être plus nombreuses qu’on ne pouvait le croire...

24 articles analysés à la loupe

L’équipe de scientifiques internationaux s’est demandée si la recherche scientifique sur le vapotage était de mauvaise qualité. Sous la direction des professeurs Cother Hajat, de l’United Arab Emirates University et de Riccardo Polosa, fondateur du Center of Excellence for the Acceleration of Harm Reduction (CoEHAR) de l’Università di Catania, les chercheurs ont examiné les 24 études les plus populaires sur le vapotage.

Leur objectif était de répondre à ces quatre questions :

- L’étude décrit-elle clairement la méthode d’investigation des liens de causalité ?

- La conception de l’étude et les méthodes de recherche étaient-elles suffisamment robustes pour contrôler les facteurs de confusion ?

- Les résultats soutiennent-ils les conclusions énoncées, sans exagération ?

- Les chercheurs présentent-ils un langage ou des données qui les induisent en erreur, ou omettent-ils de reconnaître des limites importantes ?

Pour retrouver les travaux les plus populaires, l’équipe a utilisé le moteur de recherche Google Scholar qui permet de faire ressortir les études les plus lues et citées avec les termes e-cigarette, cigarette électronique, vapoter et electronic nicotine delivery system (ENDS).

Cette sélection a ensuite été affinée pour se concentrer uniquement sur « les études comportementales sur des sujets humains concernant des allégations de causalité liées au vapotage ». Les articles ont alors été parcouru par un premier chercheur dans l’ordre de classement des résultats de recherche et a identifié les dix articles les plus cités sur chacun des sujets suivants :

- Les effets du vapotage sur l’arrêt / la réduction du tabagisme.
- Les effets du vapotage sur l’initiation au tabagisme.
- Les résultats de santé associés au vapotage.

Les chercheurs ont finalement effectué un examen et une évaluation critique de 24 articles parmi les plus populaires.

Le vapotage et le sevrage tabagique

Concernant le vapotage et le sevrage tabagique, l’évaluation critique des scientifiques aurait révélé « de nombreuses lacunes ». Par exemple, les chercheurs évaluent souvent la probabilité de réussite d’une méthode d’arrêt donnée, tout en supposant à tort que le nombre de tentatives d’arrêt est fixe.

Pour l’équipe de Riccardo Polosa, l’éducation à une nouvelle stratégie d’abandon peut inciter à des tentatives d’abandon supplémentaires. La méthode d’abandon (par exemple ici le vapotage) « mérite d’être créditée pour avoir suscité une nouvelle tentative d’abandon ».

Aussi, plusieurs chercheurs n’auraient pas indiqué le lien de causalité qu’ils étudiaient. Par exemple, si une personne a tenté d’arrêter de fumer, qu’elle a réussi et qu’elle n’aurait pas réussi à le faire sans vapoter, alors le vapotage est à l’origine de cet arrêt.

Les études épidémiologiques qui évaluent les tendances de la population peuvent noter l’incidence et la prévalence du vapotage et du tabagisme. Mais ces études n'ont souvent pas la spécificité nécessaire pour établir une association causale entre le vapotage et le sevrage tabagique.

L’incidence et la prévalence des comportements liés au vapotage ont tendance à évoluer sans cesse en raison d’une confluence de variables, « telles que l’évolution de la technologie, du marketing et de la couverture médiatique » expliquent les auteurs.

La théorie de la passerelle

Parmi les études retenues par les chercheurs, 11 d’entre elles aborde cette théorie de la passerelle. Une théorie qui se révèle être « souvent affirmée comme si elle était prouvée par des données, alors qu’elle ne l’est pas » indiquent les chercheurs.

Pour rappel, la théorie de la passerelle est la théorie selon laquelle une personne non-fumeuse, et plus particulièrement un mineur, qui commence à vapoter va par la suite commencer à fumer.

Les chercheurs soulignent que les études à ce sujet contiennent différentes lacunes, notamment le fait qu’elles ne disposent pas de « méthodes de recherche solides » et « ne peuvent pas établir de manière fiable un lien de causalité ou identifier un effet de passerelle ».
offre le petit fumeur
upends
voopoo
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article