Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

Bonne ou mauvaise nouvelle pour la vape ?

Bonne ou mauvaise nouvelle pour la vape ?
Dans le cadre de la lutte antitabac, Santé Publique France et le Secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS ont signé un mémorandum d’accord signifiant leur collaboration.

De cette alliance naîtra, le premier Centre de connaissances de la Convention-cadre de l’OMS sur l’éducation, la communication, la formation et la sensibilisation du public.

Sous la tutelle du Ministère de la Santé et de la Prévention, le rôle de l’Agence nationale de santé publique consiste à améliorer et protéger la santé des populations en agissant à trois niveaux.

Tout d’abord en surveillant les maladies et les maux liés à la cigarette ; ensuite en étudiant le comportement des fumeurs afin de développer des stratégies de lutte antitabac ; enfin en jouant la carte de la prévention, via des campagnes telles que le Mois Sans Tabac.

Désormais, l’Agence s’investira encore davantage grâce à la création de cette première plateforme de connaissances, dont l’objectif est de partager le savoir et les compétences entre les acteurs de la Convention-cadre de l’OMS.

Le tout pour une meilleure mise en œuvre de mesures de lutte antitabac dans les pays concernés.

Le Secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS, quant à lui, se consacre à la lutte antitabac menée par la Convention, ainsi qu’à l’élimination du commerce illicite des produits du tabac.

Hébergé par l’OMS à Genève, le Secrétariat reste cependant indépendant tout en permettant la mise en œuvre des plans de travail et des budgets adoptés.

Si, depuis 2014, la Convention-cadre de l’OMS a permis la création de huit centres de connaissances dans le monde, destinés à répondre aux différentes problématiques de lutte antitabac, la France est aussi depuis longtemps investie pour cette cause.

Aujourd’hui, elle renforce son action au niveau national comme international, grâce à la création, confiée à Santé Publique France, de ce neuvième centre de connaissances.

Et l’alliance de Santé publique France et du Secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS semble faire bien des heureux !

Et ce n’est pas la Dre Adriana Blanco Marquizo, Cheffe du Secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS qui dira le contraire ; " Nous sommes ravis d’accueillir Santé publique France au sein de la famille des centres de connaissances de la Convention-cadre de l’OMS. Il ne fait aucun doute que la France a une vaste expertise à offrir dans ce domaine. "

De son côté, la Professeure Geneviève Chêne, Directrice générale de Santé publique France n’est pas moins enthousiaste : " La signature de cet accord de partenariat avec l’OMS ancre davantage l’engagement de la France et de Santé publique France dans la lutte antitabac au niveau international. "

Leur objectif commun : Protéger les générations présentes et futures des effets sanitaires, sociaux, environnementaux et économiques du tabagisme, même passif.

Opérationnel en 2023, le Centre de connaissances récapitulera les différentes mesures existantes, telles que les initiatives d’information, de prévention et de marketing social ayant déjà porté leurs fruits.

Le rôle de chacun a tout l’air d’y être parfaitement défini : D’un côté, l’Agence mettra toute son expertise scientifique et opérationnelle au service de ce partage de connaissances et travaillera à la création de contenus méthodologiques.

De l’autre, l’OMS utilisera ces outils pour évaluer les campagnes d’information, de prévention ainsi que les changements de comportements.

Pour la Dre Adriana Blanco Marquizo, il s’agit de " renforcer notre soutien aux Parties à la Convention afin de tirer parti de tout l’éventail des outils de communication disponibles pour promouvoir et renforcer la sensibilisation du public aux problématiques de lutte antitabac. "

La Professeure Geneviève Chêne rappelle à ce sujet que " la politique proactive menée par notre pays en matière de lutte contre le tabac avec l’adoption de mesures fortes telles que l’augmentation des prix du tabac et l’adoption du conditionnement neutre, associées à des mesures éprouvées en termes de prévention, a montré son efficacité et s’est traduite par une diminution historique du nombre de fumeurs entre 2014 et 2019 (1,9 millions de fumeurs en moins). "

Fort de cette première réussite, " c’est notre expertise de la connaissance à l’action que nous souhaitons partager avec tous les pays impliqués, dans le cadre d’un échange mutuel, afin de changer les comportements et de parvenir à une génération sans tabac ", conclut-elle.

Cependant... Pour mémoire, dans son rapport de 2020, l'OMS déclarait par exemple :
Bonne ou mauvaise nouvelle pour la vape ?
" Il n’y a plus aucun doute sur le caractère nocif des cigarettes électroniques ! ces produits sont aussi toxiques pour les vapoteurs que pour les personnes exposées à leurs fumées, qui peuvent causer des dommages aux fœtus et aux cerveaux des adolescents. "

" Il n’y a aucun doute qu’elles sont dangereuses pour la santé (même s’il) est trop tôt pour fournir une réponse claire sur l’impact à long terme de leur utilisation ou de l’exposition à celles-ci. "

En résumé : C’est très dangereux, mais on n’a aucune preuve. Mais c’est quand même très très dangereux !

Autres perles du même genre en 2021 :

Bonne ou mauvaise nouvelle pour la vape ?
" Comme les ventes de cigarettes ont chuté, les compagnies de tabac ont agressivement promu de nouveaux produits, comme les e-cigarettes et les produits à base de tabac chauffé – et font pression sur les gouvernements pour limiter leur réglementation. Leur objectif est simple : Accrocher une autre génération à la nicotine. Nous ne pouvons pas laisser faire cela. "

" L’émergence des cigarettes électroniques dans de nombreux pays peut compromettre les progrès de la lutte antitabac. "

" Il existe de nombreux mécanismes et options de régulation pour protéger les populations contre les cigarettes électroniques. "

" Les e-liquides poseraient également problème puisque certains d’entre eux contiendraient des éléments toxiques tels que les aldéhydes ".

L’organisme de santé cite par exemple des études qui auraient démontré que vapoter a des effets négatifs sur le cœur, tel qu’une augmentation du rythme cardiaque et de la pression sanguine...

" L’utilisation quotidienne d’une cigarette électronique augmenterait quant à elle les risques d’infarctus du myocarde. Le vapotage serait aussi responsable de provoquer des problèmes pulmonaires tels que de l’asthme et des maladies pulmonaires obstructives chroniques. "

" Le vapotage passif serait dangereux puisque plusieurs études auraient démontré que dans des milieux clos, les niveaux de nicotine et autres particules potentiellement cancérogènes dépasseraient les limites recommandées. "

L’OMS rappelle également qu’aux États-Unis, 60 personnes sont décédées lors de l’épidémie d’EVALI, maladie pulmonaire qui touchait exclusivement les vapoteurs et dont l’élément déclencheur n’aurait pas été définitivement déterminé.

Et j'en passe, des conneries de la sorte, tu en trouveras à la pelle dans les rapports de l'OMS !

Alors, pour toi, cette alliance est une bonne ou mauvaise nouvelle ??
Bonne ou mauvaise nouvelle pour la vape ?
offre le petit fumeur
voopoo
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article