Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

Une enquête en Nouvelle-Zélande prouve que les jeunes non-fumeurs ne se mettent pas au vapotage

Une enquête en Nouvelle-Zélande prouve que les jeunes non-fumeurs ne se mettent pas au vapotage
Une enquête menée auprès de jeunes adolescents néo-zélandais prouve que les jeunes non-fumeurs ne se mettent pas au vapotage, selon la Coalition of Asia Pacific Tobacco Harm Reduction Advocates.

Le tabagisme chez les adolescents du pays est tombé à son plus bas niveau en plus de 20 ans, tandis que très peu d'étudiants non-fumeurs se mettent à vapoter, selon l'étude menée auprès d'élèves du secondaire.

« Les taux de vapotage sont peut-être en hausse, mais ce sont surtout des jeunes qui fumaient en premier lieu », déclare Nancy Loucas, coordinatrice exécutive de la Coalition of Asia Pacific Tobacco Harm Reduction Advocates (CAPHRA).

« Il est important de noter que cette enquête confirme que la vape n'attire pas les non-fumeurs, car seulement 3 % de ceux qui vapotent quotidiennement n'ont jamais fumé. De plus, alors que beaucoup peuvent l'essayer, très peu deviennent des vapoteurs réguliers », dit-elle.

L'ASH Year 10 Snapshot a interrogé 26 000 étudiants âgés de 13 et 14 ans sur leur comportement et leurs attitudes en matière de tabagisme et de vapotage. L'enquête a révélé que seulement 1,3 % des 10 ans fument quotidiennement, contre 2 % en 2019.

« Nous ne voulons pas que les écoliers vapotent. Cependant, n'oublions pas que cette enquête de 2021 a été menée alors que la réglementation gouvernementale était encore relativement récente. Les impacts complets de l'interdiction de commercialisation et de la cimentation stricte de l'âge d'achat à 18 ans seront visibles dans les futures enquêtes », ajoute Mme Loucas.

CAPHRA affirme que l'adoption par la Nouvelle-Zélande d'une législation et d'une réglementation relativement progressives sur le vapotage permet aux jeunes et aux vieux fumeurs d'arrêter de fumer. En fait, l'objectif du pays de Smokefree 2025 - où 5% ou moins de la population générale fume - semble de plus en plus susceptible d'être atteint.

« L'Université d'Otago continue de colporter que l'approche du gouvernement ne fait pas grand-chose pour freiner la popularité de la cigarette électronique parmi nos jeunes. Ils ignorent totalement que les jeunes non-fumeurs de Nouvelle-Zélande ne commencent tout simplement pas à vapoter et qu'un peu plus de 1 % des jeunes adolescents fument désormais quotidiennement. Voilà à quoi ressemble une stratégie de santé publique réussie pour la réduction des méfaits du tabac », dit-elle.

Mme Loucas affirme que les 67 pays qui ont adopté des cadres réglementaires sur le vapotage ont tous enregistré une baisse spectaculaire de la prévalence du tabagisme. Dans la région Asie-Pacifique, les Philippines sont sur le point de réglementer le vapotage, la Malaisie et la Thaïlande s'y penchant également de près.

« Les universitaires d'Otago peuvent continuer à dénoncer le vapotage, mais ils sont de plus en plus minoritaires, le Parlement européen étant le dernier à reconnaître officiellement la réduction des méfaits du tabac en tant que politique de santé publique et les avantages du vapotage pour les fumeurs désireux d'arrêter », dit-elle.

Mme Loucas dit qu'Otago ne fait pas seulement pression pour interdire la vape, mais demande maintenant que la nicotine soit progressivement éliminée de la société néo-zélandaise.

« La nicotine peut créer une dépendance, mais elle ne vous tuera pas. Ces universitaires doivent concentrer leurs efforts sur le tabac combustible, après tout, c'est la fumée qui est la principale source de produits chimiques toxiques cancérigènes. Personne ne peut comprendre pourquoi le département de la santé publique d'Otago est obsédé par une pratique qui sauve la vie de millions de fumeurs dans le monde et qui est considérée par Public Health England comme 95 % moins nocive que le tabagisme », déclare Nancy Loucas.
offre le petit fumeur
voopoo
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article