Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

L'Italie réduira la taxe sur les e-liquides le 1er avril

L'Italie réduira la taxe sur les e-liquides le 1er avril
L'Italie ajuste sa taxe sur les e-liquides pour la quatrième fois en quatre ans, et cette fois les changements favoriseront les vapoteurs. Les nouveaux tarifs entreront en vigueur le 1er avril, après l'adoption finale par le Sénat fin février.

Le pays a ramené les taxes sur les e-liquides aux niveaux fixés en 2021 en abrogeant l'augmentation prévue qui a pris effet en janvier 2022. Le taux de la taxe sur les e-liquides contenant de la nicotine passera de 0,175 € par millilitre à 0,13 €, et la taxe sur les e-liquides sans nicotine passera de 0,13 €/ml à 0,08 €.

Il y a une incertitude constante sur les taux de taxe sur la vape en Italie, le Parlement les modifiant apparemment au hasard dans presque chaque nouveau budget annuel. Les dirigeants politiques semblent n'avoir aucune sympathie pour les petites entreprises qui tentent de planifier l'avenir ou pour les consommateurs qui veulent simplement des produits attrayants qui les aident à éviter de fumer.

Au taux d'imposition actuel, une bouteille de 10 ml d'e-liquide (la taille maximale légale dans tous les pays de l'UE) qui commence à 5,00 € finit par coûter plus de 8,00 € aux vapoteurs.

Les vapoteurs italiens connaissent des montagnes russes en terme de prix depuis 2014, lorsque le Parlement a anéanti de 75% de l'industrie florissante de la vape dans le pays avec une taxe qui a rendu le vapotage aussi cher que la cigarette.

La taxe de 0,40 €/ml instaurée en 2014, la plus élevée de l'Union européenne, a presque doublé le prix du e-liquide et contraint de nombreux vapoteurs à trouver des produits au marché noir ou auprès de vendeurs transfrontaliers illégaux. Certains, bien sûr, sont revenus à la cigarette.

Le Parlement a également interdit les ventes en ligne en Italie. En moins de trois ans, l'industrie italienne de la vape, autrefois puissante, est passée de 4 000 entreprises (dans un pays de 61 millions d'habitants !) à seulement 1 000.

Enfin, en 2019, la pression des vapoteurs et de l'industrie de la vape survivante a persuadé les législateurs de corriger leur erreur et de réduire la taxe de 80%, à un prix bien plus raisonnable de 0,08 € par ml pour les e-liquides contenant de la nicotine et de 0,04 € pour les sans nicotine.

Mais l'année dernière, les politiciens ont de nouveau augmenté la taxe et fixé des augmentations automatiques pour 2022 et 2023 qui auraient finalement augmenté le taux de la taxe à environ 0,21 €/ml pour les e-liquides contenant de la nicotine et 0,17 € pour les e-liquides sans nicotine. Le Parlement a ensuite temporairement réduit les taux d'imposition aux niveaux de 2019 en raison du COVID, mais cet allègement a expiré fin 2021.

En plus de la taxe sur les e-liquides, les consommateurs paient également une taxe de vente de 22 %, appelée taxe sur la valeur ajoutée (TVA), sur tous les produits de vapotage (et la plupart des autres produits).

Au taux d'imposition actuel, une bouteille de 10 ml d'e-liquide (la taille maximale légale dans tous les pays de l'UE) qui commence à 5,00 € finit par coûter plus de 8,00 € aux vapoteurs. Près de 40 % du coût pour le consommateur sont les taxes.
offre le petit fumeur
voopoo
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article