Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Pour qui roule la FDA ?

Pour qui roule la FDA ?
Pour QUI roule la FDA ?

Pour QUI roule l'OMS ?
Pour qui roule la FDA ?

Mais Big Pharma bien sûr !!

Sais-tu que le jour même où la FDA interdit 800 vaporisateurs aromatisés, elle vante en même temps les patchs à la nicotine !!

Oui Oui malgré que les patchs ne fonctionnent pas, Big Pharma et la FDA continuent et persistent dans leur connerie !!

La FDA continue de présenter les patchs à la nicotine comme le meilleur moyen d'arrêter de fumer. C'est pour le moins une gifle pour les millions de vapoteurs en Amérique, et bien sûr pour l'industrie du vapotage au sens large.

Pour ceux qui avaient encore des doutes, cela réaffirme les liens étroits presque incestueux entre Big Pharma et la FDA.
Pour qui roule la FDA ?
La science nous a dit que les timbres et les gommes à la nicotine ne fonctionnent tout simplement pas aussi efficacement que le vapotage dans les offres d'arrêt, voire pas du tout.

Mais ça, la FDA s'en tape royalement et elle continue aujourd'hui de promouvoir les patchs à la nicotine comme le meilleur moyen d'arrêter de fumer...

Ils se moquent littéralement des vapoteurs et de l'industrie de la vape
Pour qui roule la FDA ?
Voilà une lecture qui devrait être OBLIGATOIRE pour les membres de la FDA :

Le septième rapport indépendant de Public Health England (PHE) sur le vapotage en Angleterre, réalisé par des chercheurs du King's College de Londres, qui a révélé que :

- Les produits de vapotage à la nicotine étaient l'aide la plus populaire (27,2%) utilisée par les fumeurs essayant d'arrêter en Angleterre en 2020.

- Il est estimé qu'en 2017, plus de 50 000 fumeurs ont arrêté de fumer à l'aide d'un produit de vapotage qui, autrement, auraient continué à fumer.

- 38% des fumeurs en 2020 pensaient que le vapotage était aussi nocif que le tabagisme.

- 15% pensaient que le vapotage était plus nocif que le tabac.

- Que l'utilisation d'un produit de vapotage dans le cadre d'une tentative d'arrêt dans les services locaux d'arrêt du tabac a eu certains des taux de réussite d'arrêt les plus élevés.

Le rapport examine en profondeur les dernières preuves de l'efficacité des produits de vapotage à la nicotine pour aider les gens à arrêter de fumer.

Le rapport fournit également une mise à jour sur l'utilisation des produits de vapotage à la nicotine chez les jeunes et les adultes et examine les données sur la perception du risque par les gens.

Le coronavirus (COVID-19) est susceptible d'avoir eu un impact sur les comportements de tabagisme et de vapotage chez les adultes et les jeunes. Cependant, il est encore trop tôt pour évaluer le plein effet de la pandémie, la plupart des données examinées dans ce rapport étant pré-pandémiques.

En Angleterre en 2020, les produits de vapotage à la nicotine étaient l'aide la plus populaire utilisée par les fumeurs essayant d'arrêter, avec 27,2% des fumeurs utilisant un produit de vapotage contre 18,2 % utilisant des produits de thérapie de remplacement de la nicotine (TRN) (tels que des timbres et des gommes) et 4,4 % utilisent le médicament d'ordonnance varénicline.

Les preuves au fil des ans suggèrent qu'à mesure que l'utilisation de produits de vapotage dans les tentatives d'arrêt augmentent, le nombre d'arrêts réussis en Angleterre augmente également.

On estime qu'en 2017, plus de 50 000 fumeurs ont arrêté de fumer à l'aide d'un produit de vapotage qui, autrement, auraient continué à fumer. Les données des revues systématiques depuis le rapport de PHE de 2018 montrent que les produits de vapotage étaient significativement plus efficaces pour aider les gens à arrêter de fumer que les TRN.

Ceux qui utilisent un produit de vapotage dans le cadre de leur tentative d'arrêt en local, les services d'arrêt du tabac ont certains des taux de réussite les plus élevés.

– Entre 59,7 % et 74 % de 2019 à 2020.

Le vapotage a plafonné chez les adultes et les jeunes depuis le dernier rapport PHE en mars 2020.

4.8% des jeunes (âgés de 11 à 18 ans) ont déclaré vapoter au moins une fois par mois - comme l'année dernière - et la plupart d'entre eux étaient soit des fumeurs actuels soit d'anciens fumeurs (seulement 0,8% des jeunes qui n'avaient jamais fumé actuellement vapote).

La prévalence du tabagisme chez les jeunes, y compris ceux qui fumaient parfois ou plus d'une fois par semaine, était de 6,7% en mars 2020 ce qui reste similaire à mars 2019, avec 6,3 %.

La loi interdit la vente de produits pour fumer et vapoter aux moins de 18 ans, mais des violations de l'âge de vente sont signalées.

Comme l'année dernière, environ 6% des adultes sont des vapoteurs actuels, ce qui équivaut à environ 2,7 millions de vapoteurs adultes en Angleterre. La prévalence du tabagisme continue de baisser et se situe entre 13,8 % et 16 % selon l'enquête.

La prévalence du vapotage était comprise entre 17,5% et 20,1% chez les fumeurs actuels, autour de 11% chez les anciens fumeurs et entre 0,3% et 0,6% chez ceux qui n'ont jamais fumé.

La proportion de vapoteurs qui fument également, ou « doubles utilisateurs », a diminué depuis 2012.

Il existe toujours des inquiétudes concernant la perception erronée croissante du risque relatif causé par les produits de vapotage, par rapport au tabac fumé. En 2020, 38 % des fumeurs pensaient que le vapotage était aussi nocif que fumer et 15 % pensaient que le vapotage était plus nocif.

Ceci n'est pas conforme aux avis d'experts du Royaume-Uni et des États-Unis, concluant que l'utilisation de produits de vapotage à la nicotine réglementés est beaucoup moins nocif que le tabagisme.

Le professeur John Newton, directeur de l'amélioration de la santé à PHE, a déclaré :

" Le tabagisme reste la principale la cause évitable de décès prématurés et de maladies, tuant près de 75 000 personnes en Angleterre en 2019.

La meilleure chose qu'un fumeur puisse faire est d'arrêter complètement de fumer et les preuves montrent que le vapotage est l'une des aides à l'arrêt les plus efficaces disponibles, aidant environ 50 000 fumeurs à arrêter de fumer par an ".


" Des milliers d'autres auraient pu arrêter de fumer, sauf pour des craintes infondées concernant la sécurité des cigarettes électroniques. La preuve est claire depuis un certain temps, le vapotage est beaucoup moins nocif que le tabagisme ".

" Pour tous ceux qui fument, en particulier ceux qui ont déjà essayé d'autres méthodes, nous leur recommandons fortement d'essayer de vapoter et d'arrêter de fumer - idéalement avec le soutien supplémentaire de leur service local d'arrêt du tabac pour avoir les meilleures chances d'arrêter de fumer pour de bon ".

Le conseil de PHE pense que les fumeurs devraient passer aux produits de vapotage pour les aider à arrêter de fumer, mais les non-fumeurs ne devraient pas commencer à vapoter. Les produits de vapotage contiennent beaucoup moins de produits chimiques nocifs que les cigarettes, mais ne sont pas sans risques non plus.

PHE a commandé un examen complet des preuves sur la sécurité des produits de vapotage, qui sera publié l'année prochaine en 2022. King's College London travaille avec un certain nombre de chercheurs différents du Royaume-Uni et des États-Unis (y compris certains qui ont contribué au rapport sur la cigarette électronique des National Academies of Sciences, Engineering and Medicine en 2018) pour mener cette revue.

Le Professeur Ann McNeill, de Tobacco Addiction au King's College de Londres et auteur principal du rapport a déclaré :

" Notre rapport rassemble les résultats d'essais contrôlés randomisés, de services d'arrêt du tabac et d'études de population et conclut que les produits de vapotage à la nicotine sont un moyen efficace d'arrêter de fumer avec succès ".

" Ce qui est préoccupant, c'est que les fumeurs, en particulier ceux issus de groupes défavorisés, croient à tort et de plus en plus que le vapotage est aussi nocif que le tabagisme. Ce n'est pas vrai et signifie que moins de fumeurs essaient de vapoter ".

L'objectif pour 2030 est zéro fumeur en Angleterre.

" L'élaboration d'un nouveau plan de lutte contre le tabagisme et l'examen de cette année du Règlement sur le tabac et les produits connexes de 2016 sont l'occasion de s'assurer que la réglementation relative au vapotage est appropriée. On espère également que la réglementation aidera les fumeurs à arrêter de fumer, tout en n'attirant pas les personnes qui n'ont jamais fumé ".

Deborah Arnott, directrice générale d'ASH, a mentionné :

" À juste titre, depuis que les cigarettes électroniques sont devenues une alternative au tabagisme, le gouvernement a cherché à trouver un équilibre entre aider les fumeurs à arrêter de fumer et protéger les enfants. Comme le montre la recherche ASH incluse dans le rapport pour PHE, l'utilisation de la cigarette électronique chez les 11 à 18 ans est restée faible à ce jour, mais à la baisse, leur potentiel en tant qu'aide au sevrage pour adultes n'a pas été pleinement réalisé ".

" Alors que nous nous efforçons de parvenir à une nation sans fumée d'ici 2030, davantage doit être fait pour soutenir les fumeurs adultes qui pourraient bénéficier d'un changement pour le faire, tout en éliminant les failles dans les lois qui pourraient être utilisées pour promouvoir des produits auprès des adolescents ".

Michelle Mitchell, Le directeur général de Cancer Research UK a déclaré :

" Les cigarettes électroniques sont un produit encore relativement nouveau – elles ne sont pas sans risque car nous ne connaissons pas encore leur impact à long terme. Nous déconseillons fortement aux personnes qui n'ont pas fumé de les utiliser, en particulier les jeunes. Mais les recherches jusqu'à présent montrent que vapoter est moins nocif que fumer du tabac et, comme le souligne ce rapport, elle peut aider les gens à arrêter de fumer. Les effets à long terme des cigarettes électroniques sont inconnus, mais les méfaits à long terme du tabac sont indiscutables ".

" Le soutien des services pour arrêter de fumer reste le moyen le plus efficace d'aider les gens à arrêter de fumer pour de bon. Les services peuvent aider les gens à trouver l'outil qui leur convient, e-cigarette ou autre, et leur donner les meilleures chances de réduire leur risque lié au tabac ".
offre le petit fumeur
Apivape
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article