Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Je débute dans le reconstructible : L'entretien de mon montage (RDA / RTA/ RDTA)

Je débute dans le reconstructible : L'entretien de mon montage (RDA / RTA/ RDTA)
Ça fait une dizaine de jours que tu as débuté dans le reconstructible. Pendant cette période tu as fait le fiérot, tu n’as plus adressé la parole à tes collègues qui vapent sur des pods de débutant et après avoir gavé tes potes avec ta rengaine « le reconstructible, c’est la vie !!! », tu as décidé de snober ces gros nazes qui sont toujours en train de vaper sur leurs clearo.

Sauf qu’il y a comme un problème...

Depuis un jour ou deux, tu t’aperçois que la production de vapeur de ton atomiseur a diminué et que les saveurs ne sont plus tout à fait les mêmes : Les jus que tu as mis les uns derrière les autres commencent à se mélanger dans un goût de gloubiboulga franchement limite, tu commences à avoir des saveurs assez désagréables, voire même un sale goût de brûlé vraiment dégueulasse...

Tu commences à te dire que je t’ai bien arnaqué à te pousser comme ça vers le reconstructible, que sans doute j’ai touché beaucoup d’argent pour ça, et tout penaud tu commences à te rapprocher dangereusement du placard dans lequel tu as rangé ton vieux clearo, avec l’idée de le ressortir, en te préparant à être la risée de tes collègues et de tes potes qui ne vont plus te lâcher pendant au moins 15 ans avec cette histoire...

Bien que tu m’aies traité d’arnaqueur (comment ça c’est pas vrai ??? Je sais très bien que c’est vrai !!!), je vais te sauver la mise en t’évitant de devoir d’une part démissionner de ton travail pour fuir tes collègues et d’autre part te faire une nouvelle bande de potes pour fuir les moqueries de ta bande actuelle.

Merci qui ? Merci Tonton WavΩ !!!

Qui veut voyager loin, ménage sa monture... Qui veut kiffer longtemps sa vape, entretient son montage !!!

Quand tu fais à manger (enfin si ça t’arrive bien sûr), tu fais la vaisselle (ou tu trouves une bonne âme pour s’en occuper à ta place, flemmard comme tu es). C’est pareil avec la vape.

Il va falloir que tu entretiennes ton montage, c’est-à-dire que tu nettoies ta/tes résistances et que tu changes ton coton (ou tes cotons si tu es en dual coil).

Parce qu’il faut quand même que je t’avoue quelque chose : Il n’y a pas que des avantages dans le reconstructible. Déjà tu as vu dans le précédent article que pour vaper il ne suffit pas de mettre une résistance d’usine dans ton ato. Concernant l’entretien, il ne suffit pas de passer ton clearo sous l’eau chaude et y mettre une autre résistance toutes les 2 ou 4 semaines. C’est un peu plus de travail que ça et il te faudra le faire également beaucoup plus souvent.

Mais j’insiste, c’est vraiment important de le faire car sinon, au-delà des problèmes de saveur et de production de vapeur, cela pose un problème de santé : Vaper avec une résistance et des cotons sales, c’est inhaler des substances a priori pas terribles pour ta santé, c’est prendre le risque que ton coton commence aussi à brûler et donc redécouvrir les « joies » d’une forme de combustion et tous les risques qui vont avec.

Fréquence d’entretien d’un montage

Tu veux une réponse simple ? 3 fois par jour après les repas.

Mais non, attends un peu avant de jeter ton atomiseur à la poubelle, ce n’est pas aussi souvent que ça.

En revanche, pour la réponse simple, j’ai consulté la HAVER (Haute Autorité de la Vape En Reconstructible), dont le Comite des Sages s’est penché sur la question et au risque de te décevoir, je ne vais pas pouvoir t’aider car il n’y a pas de réponse simple (pas plus d’ailleurs qu’il n’y a de HAVER donc ne t’embête pas à la chercher sur le Net, c’est une pure invention de mon esprit maléfique).

Dans le milieu du reconstructible on dit souvent qu’il faut nettoyer ses coils et changer ses cotons une fois par semaine. C’est d’ailleurs le Commandement n°3 de la Team du JDV qui dit :

« Ton coton chaque semaine tu changeras »

(Voir l’article Les commandements de la team du Journal Du Vapoteur)

Réponse simple en fait... oui... mais non : C’est une moyenne, un ordre d’idée, un moyen pour t’aider à mémoriser. C’est un peu les « 5 fruits et légumes par jour » de la vape. En clair, si tu ne le fais pas au moins une fois par semaine, ça craint vraiment et t’es limite un gros dégueu !!!

Mais en réalité la fréquence d’entretien de ton montage va dépendre de plusieurs paramètres :

La fréquence d’utilisation de ton montage

Si tu tires 5 barres par jour sur ton ato, tu peux largement attendre plus d’une semaine pour entretenir ton coil et changer tes résistances, mais si tu es accroché à ta box avec le même ato du matin au soir tous les jours, je peux te garantir que si tu attends une semaine tu vas faire une drôle de tête quand tu vas voir l’état de ta résistance et de ton coton, en supposant d’ailleurs que ton coton tienne jusque là, ce qui est loin d’être garanti. Il est d’ailleurs fort probable que rapidement tu aies des saveurs pas bonnes du tout et un goût de cramé horrible…

La puissance à laquelle tu vapes

Plus la puissance envoyée dans ton montage est élevée, plus ton coton va être soumis à des contraintes fortes et va s’abîmer, voire se rompre au milieu du coil. Tu le sentiras assez facilement car tu auras un goût de brûlé qui va apparaître d’un seul coup et qui restera à chaque latte que tu tireras tant que tu n’auras pas changé ton coton.

Le type de liquide que tu vapes

Tu entendras souvent que les « gourmands encrassent plus les coils et les cotons que les fruités ». Selon moi ce n’est pas tout à fait vrai : Ce qui encrasse les coils et les cotons, ce sont les eliquides très sucrés, car c’est le sucre qui vient « caraméliser » tes résistances en déposant des résidus noirs dessus et qui salit tes cotons et les rend tout noirs (ou plutôt en l’occurrence les « sweetener », c’est-à-dire les édulcorants qui donne le goût sucré aux eliquides, comme la célèbre et décriée sucralose).

Or il existe des gourmands peu sucrés et à l’inverse des fruités blindés de sucre (comme par exemple les eliquides fruités malaysiens).

Bref, plus tes jus sont sucrés, plus il te faudra entretenir fréquemment ton montage. D’ailleurs dans le milieu on qualifie certains jus de « tueur de coils », c’est dire...

Donc pour savoir quand nettoyer ton montage en fonction de ces différents paramètres, il te suffit d’appliquer la formule suivante : (fréquence d’utilisation) 2 X Cos (puissance) /[(proportion de sucre par millilitre)] x 10 - 23.

En fait j’aime bien me moquer de toi !!! Pas besoin d’être fort en math pour vaper en reconstructible, sinon ça se saurait... Et rares seraient les vapoteurs qui vaperaient en reconstructible.

En réalité, pour savoir quand passer à l’entretien, tu vas juste avoir besoin d’utiliser 2 de tes sens :

Le goût

C’est très simple : Quand ton eliquide n’a plus le même goût, qu’il perd progressivement en saveur, qu’il devient plus fade, ou quand tu commences à ressentir un goût désagréable ou un goût de brûlé qui pique la gorge, ne cherche pas plus loin, c’est le moment.

La vue

Quand ton coton commence à devenir marron foncé par endroit voire même bien noir ou que tu vois des résidus noirs sur tes coils, il faut passer à l’entretien. Mais attention, malgré l’entretien, ta résistance ne retrouvera plus jamais sa couleur d’origine ni son éclat qui va diminuer progressivement avec le temps, ce qui est normal.

Personnellement j’utilise surtout la vue : Ce que je veux dire par là c’est que je n’attends pas d’avoir un goût parasite ou que mes cotons ou mes coils soient tout noirs pour entretenir mon montage.

Dès que mes cotons ou mes résistances sont un peu sales, je nettoie et je n’ai donc pas souvent de saveurs désagréables.

En général quand tu commences avoir des goûts parasites et/ou de brûlé, c’est que tu as déjà trop attendu.

Voici quelques photos qui te montrent ce que sont des cotons et des résistances sales, voire très très sales !!!
Je débute dans le reconstructible : L'entretien de mon montage (RDA / RTA/ RDTA)

Comment entretenir ton montage

Tu dois suivre 3 étapes dans l’ordre :

1 - Retirer le coton usagé

Je débute dans le reconstructible : L'entretien de mon montage (RDA / RTA/ RDTA)
Pour retirer le coton usagé il faut que tu procèdes en douceur pour ne pas risquer de déformer ou de déplacer ton coil : Le mieux est de couper le coton d’un côté de la résistance, à ras de cette dernière, puis de tirer le bout de coton restant de l’autre côté avec ta pince en céramique, ta pince à bec recourbé ou avec tes p’tits doigts si ça ne t’embête pas d’avoir du jus plein les doigts (voire vidéo ci-dessous).

2) Nettoyer la/les résistance(s)

Alors il faut savoir qu’il y a nettoyage et nettoyage. Je veux dire par là plusieurs choses que je vais m’empresser d’expliciter car j’ai bien conscience que tu ne dois pas trop comprendre ce que je veux dire :

- Chacun à sa/ses méthodes et je vais te présenter les miennes. Mais je ne peux que t’encourager à te renseigner, regarder comment d’autres font, essayer différentes approches et te faire ta propre méthode en te fondant sur ton expérience.

- Il y a des méthodes rapides pour un nettoyage « vite fait » et des méthodes plus longues pour un nettoyage plus en profondeur. Je vais te présenter celles que je mets en œuvre avec mes atos, après en avoir tentées différentes.

a) La méthode rapide... Néanmoins très efficace… Mais à utiliser avec précaution : Le dry burn.

Le dry burn consiste à faire chauffer ton coil pour éliminer tous les résidus qui se sont déposés dessus pendant l’utilisation.

C’est une méthode très efficace que je te conseille de faire à chaque changement de coton, mais il faut être très prudent dans la manière de le faire car le faire trop souvent, trop longtemps et à trop forte puissance détruit les molécules de métal du fil résistif, entrainant l’émission de métal dans la vapeur, ce qui est extrêmement nocif.

Il faut donc faire chauffer sa résistance à faible puissance (voire la vidéo dans mon article précédent sur le 1er montage sur un reconstructible car c’est exactement la même méthode), par pressions successives sur le Fire et surtout pas de manière prolongée, ne pas faire trop rougir le coil et ne surtout pas le faire blanchir. Et en même temps que tu fais chauffer ta résistance, tu la grattes délicatement avec ta pince en céramique pour retirer les impuretés.
b) La méthode plus longue... Et plus en profondeur.

Tu commences par effectuer un dry burn comme expliqué ci-dessus. Point très important (je t’explique pourquoi un peu plus loin) : Laisse le coil bien refroidir avant de passer à l’étape suivante !!!

Ensuite, seulement une fois que ta résistance est froide, l’idée est simplement de la laver ainsi que le plateau avec de l’eau chaude et du liquide vaisselle, en la frottant délicatement ainsi que le plateau avec une brosse à dent, puis tu rinces. Et tant que tu y es, je te suggère de nettoyer tout ton atomiseur en même temps de la même manière pour retirer les restes de liquide et les odeurs de ce dernier qui risquent sinon de s’incruster et d’être plus difficiles à enlever. Ensuite tu sèches l’ensemble avec du sopalin.

Et tu ne finis pas un léger dry burn pour finir de sécher ton coil, t’assurer que la chauffe est homogène et que tu n’as pas de point chaud.

Personnellement j’utilise cette technique à peu près tous les 15 jours, voire un peu plus régulièrement si j’ai changé souvent de jus dans mon ato. Et si je change de jus et que je mets un liquide très différent du précédent (par exemple un fruité après un gourmand) alors je passe aussi systématiquement par cette méthode afin d’éviter d’avoir des mélanges de saveurs un peu bizarres...

c) La méthode ultime si malgré la précédente des odeurs de liquides persistent dans ton atomiseur.

Malgré la méthode précédente, il arrive que des odeurs restent dans ton ato. C’est notamment le cas si tu fais l’erreur de le laisser sans l’utiliser pendant 2 ou 3 semaines avec du liquide dedans.

Dans ce cas il te suffit de le laisser tremper démonter (avec les coils bien sûr, et que tu peux laisser montés sur le plateau, pas nécessaire de les retirer) pendant une nuit dans un récipient avec de l’eau bien chaude et du bicarbonate de soude. Et le lendemain tu as juste à bien rincer le tout et normalement les odeurs devraient avoir disparues.

d) Quelques méthodes dont tu entendras probablement parler et que je te te déconseille très fortement.

- Dry burn + eau froide : Certains font un dry burn puis plongent immédiatement après le coil encore chaud dans de l’eau froide. Méthode à éviter car le choc instantané de température aura pour conséquence de fragiliser ta résistance, de durcir le métal et donc de l’abîmer et de raccourcir sa durée de vie.

- « Gratouillage » avec une brossette métallique : Tu verras que tu peux trouver dans le commerce des brossettes métalliques faites pour nettoyer des résistances. Certains les utilisent à la place d’une brosse à dents. Le problème étant que ces brossettes peuvent endommager le fil résistif, ce qui peux d’une part avoir des conséquences potentiellement nocives et d’autres part réduire la durée de vie de la résistance.

3) Mettre un nouveau morceau de coton

Pour cette étape je te renvoie à mon article précédent (Je débute dans le reconstructible : Le montage et le cotonnage sur un reconstructible) dans lequel je montre en vidéo comment mettre du coton dans une résistance.

Je te donne juste un conseil d’ami : Avant de manipuler du coton propre et notamment après avoir procédé aux 2 étapes précédentes, assure-toi d’avoir les mains propres et de ne pas avoir de liquide ou de résidus sur les doigts, sinon tu va salir ton coton avant même de l’avoir mis en place. Et si tu as de ton ancien liquide sur les doigts et que tu décides de changer, tu vas avoir droit à un mélange de saveurs plus ou moins heureux alors que tu viens de tout nettoyer... Ce serait quand même ballot de devoir tout recommencer !!!

Quand changer sa résistance ?

Voilà la question à 1000 balles.

On entend souvent des vapoteurs chevronnés déclarer à qui veut les entendre : « Ouais les coils de coil builders c’est plus cher que les coils industriels chinois mais tu peux les garder plus de 6 mois ». Chacun fait bien sûr comme il veut (Vive la vape libre !!!) mais moi je dis : « P’t’être ben qu’oui, mais aussi et surtout p’t’être ben qu’non ». Et comme c’est moi qui écris l’article, ben j’écris ce que je veux et pis c’est tout !!!

Commençons par préciser que d’où que vienne la résistance pré-faite, tu n’as pas de date de péremption dessus, ni de préconisation de durée d’utilisation.

Ce que je peux te dire, c’est que la durée d’utilisation d’une résistance va dépendre :

- De l’usage que tu en fais : Plus tu l’utilises, plus elle s’use.

- Du soin que tu lui accordes : Plus tu l’entretiens régulièrement et avec soin, notamment en évitant les dry burn prolongés et à trop haute puissance et en t’abstenant de la gratter comme un forcené avec ta pince en céramique mais en privilégiant la douceur, plus elle durera.

- De la manière dont tu vas la conserver lorsque tu ne l’utilises pas de manière prolongée : Si tu la nettoies avant de la ranger dans une boîte ou si tu la nettoies en la laissant dans un ato propre, sans coton usagé et sans liquide dedans, elle durera plus longtemps que si tu la laisses dans un ato avec des cotons crades et baignant dans un liquide pendant des semaines.

- De la qualité du fil utilisé pour la confectionner, certains fils résistant mieux dans le temps et à la chauffe que d’autres (j’y reviendrai probablement dans un autre article sur le sujet).

Donc il va te falloir te fier une nouvelle fois à tes 2 sens que sont la vue et le goût.

Pour la vue, si ta résistance est noircie ou si elle présente des taches de rouille (voir photo ci-dessous) même après un nettoyage en profondeur, il faut la changer.
Je débute dans le reconstructible : L'entretien de mon montage (RDA / RTA/ RDTA)
En ce qui me concerne, cette fois pour moi le juge suprême c’est le goût, sauf bien sûr si la résistance est rouillée car dans ce cas cela se voit assez facilement.

En revanche, comme je te l’ai expliqué ci-dessus, une résistance perd progressivement son éclat et sa couleur et comme elle s’assombrit petit à petit avec le temps et l’usage, il n’est pas toujours simple de savoir visuellement quand une résistance noircie doit être changée.

Alors que le ressenti gustatif, lui, ne trompe pas.

Pour le goût c’est donc assez simple : Si après un nettoyage en profondeur ou un bain dans du bicarbonate de soude tu constates une altération des saveurs de ton eliquide, ou des saveurs bizarres qui ne ressemblent pas à celles de ton eliquide, un goût de brûlé qui persiste ou une moindre production de vapeur, c’est qu’il faut changer ta résistance, elle est cuite et tu t’en apercevras assez rapidement.

Pour te donner un retour d’expérience, voici ce que j’ai pu constater :

- Concernant les résistances pré faites industrielles (Wotofo, Coilology, etc...) j’ai noté qu’au bout d’un mois maximum, il fallait que je les change. Je trouve que passé ce délai les saveurs ont tendance à devenir de plus en plus fades et la couleur des résistances est de plus en plus sombre et ne m’inspire pas confiance.

- Concernant les résistances de coil builders sérieux (c’est-à-dire utilisant du fil de qualité et fabriquant les résistances avec soin), sachant que j’ai testé pas mal de coil builders différents, je dois les changer généralement au bout de 3 mois (voire 4 mois très grand maximum) si je n’en fais pas une utilisation intensive, à haute puissance et avec des jus très sucrés. Mais jamais plus et certainement pas 6 mois, car je trouve qu’elles deviennent vraiment noires...

Voilà, ami « vapoteur reconstructeur », si tu mets en application ces quelques menus conseils, tu devrais maintenir la production de vapeur de ton matos à un niveau satisfaisant, conserver de très bonne saveur, éviter de te détruire les poumons en utilisant des résistances et du coton sales et/ou endommagés, continuer à kiffer ta vape en reconstructible et... Laisser ton clearo dans sa boîte et dans le placard !!!

Alors ? Elle n’est pas belle la vie en reconstructible ???


Retrouvez d'autres Je débute dans le reconstructible...
Je débute dans le reconstructible : L'entretien de mon montage (RDA / RTA/ RDTA)
offre le petit fumeur
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article