Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Forum mondial Nicotine 2021 : Les cigarettes électroniques ne menacent pas la santé publique

Forum mondial Nicotine 2021 : Les cigarettes électroniques ne menacent pas la santé publique
Les 17 et 18 juin 2021 à Liverpool, s’est tenu le GFN (Global Forum on Nicotine). Un débat avec des experts en politiques publiques du monde entier pour témoigner de l'importance d'encourager la réduction des méfaits du tabagisme pour la régulation d'un secteur prospère et protégé.

C’est également « le procès » de l’OMS, les experts ont bien insisté sur la position « dangereuse » de celle-ci en discréditant les outils servant à la réduction des méfaits du tabac.

Dans la science du tabac et de la nicotine, la politique a pris le dessus et la science est au second plan

Roberto Sussman (physicien)

La réduction des méfaits du tabac est une bonne pratique pour la santé publique.

Cigarettes électroniques, tabac chauffé ou snus éliminant la combustion sont considérés comme des outils de réduction des méfaits, même si la désinformation sape souvent les efforts déployés jusqu'à présent pour remplacer les cigarettes « traditionnelles » par des produits innovants et technologiques ayant moins d'impact sur notre santé.

C'est ce qui est ressorti de la huitième édition du Forum mondial sur la nicotine, le forum annuel sur la nicotine.

Rappel des dégâts du tabac

Forum mondial Nicotine 2021 : Les cigarettes électroniques ne menacent pas la santé publique
Chaque jour dans le monde, 1,1 milliard de fumeurs allument une cigarette. Un chiffre plus ou moins constant depuis une vingtaine d'années malgré les efforts des institutions sanitaires nationales et internationales pour réduire le nombre de nouveaux et anciens consommateurs.

Beaucoup pensent que la nocivité du tabagisme est liée à la nicotine, en réalité cette substance a un risque assez faible mais est addictive. Alors que la combustion est ce qui nuit à notre corps : Des milliers de substances toxiques libérées lorsque le tabac brûle.

Depuis plusieurs années, scientifiques, médecins, institutions à but non lucratif se battent pour une approche de réduction des méfaits, ceux qui ne peuvent pas arrêter la dépendance à la nicotine peuvent réduire leurs risques avec des cigarettes électroniques ou des produits du tabac chauffés.

Selon les experts qui se sont exprimés lors de la huitième édition du Forum mondial sur la nicotine (GFN), cette approche est contrastée à tous les niveaux.

Le problème pour les experts est que les alternatives de réduction des risques « fonctionnent », et de nombreuses études y sont favorables, mais « Les institutions, les politiques et un certain nombre de scientifiques visent à discréditer l'approche de réduction des risques liés à la fumée avec des attaques qui discréditent ceux qui ont un opinion différente », a souligné Konstantinos Farsalinos, Université de Patras et École de santé publique de l'Université West Attica en Grèce.

Alors que le directeur de la GFN, Gerry Stimson, professeur émérite de l'Imperial College London, soulignait qu'en dépit d'avoir désormais atteint 98 millions de fumeurs habituels, le débat sur le rôle de ces produits alternatifs dans la réduction des risques liés au tabac reste profondément divisé.

« En Angleterre, les autorités sanitaires soutiennent le e-tabagisme pour arrêter de fumer et les cigarettes électroniques sont désormais l'aide au sevrage la plus populaire. Au Japon, les ventes de cigarettes ont chuté d'un tiers depuis l'arrivée des produits du tabac chauffés. Maintenant, le défi est l'accessibilité de ces produits même à ceux qui vivent dans les pays à faible revenu. »

Plusieurs organisations fondées par Bloomberg Philanthropies n'ont jamais présenté de preuves scientifiques sur la nocivité des produits alternatifs, mais tentent d'insinuer des doutes.

Selon Clive Bates, directeur de Counterfactual Consulting, « Tout le monde est en conflit d'une manière ou d'une autre. Tous ceux qui travaillent dans ce domaine ont eu leurs propres convictions dans le passé. »

Christopher Snowdon (Institute of Economic Affairs, Royaume-Uni), auteur de l'étude « The Impact of Cop9 on vapers », qui pointe du doigt l'OMS : « Malgré les nombreuses recherches qui montrent que le vapotage est à 95% moins nocif que le tabagisme conventionnel et que le vapotage n'est pas une porte d'entrée vers la consommation de cigarettes, l'OMS a progressivement durci sa position, poussant à une interdiction absolue ou à une réglementation extrêmement stricte sur ces produits », selon Snowdon.

La position de l’OMS est une « Menace à la santé publique » Snowdon

« Il est inquiétant que les principaux responsables des politiques internationales de lutte antitabac persistent à poursuivre une approche prohibitionniste et irresponsable du tabac et de la nicotine, alors que l'OMS perpétue activement la désinformation sur les nouveaux produits à base de nicotine », a déclaré Stimson.

« Aucun bon service de santé publique n'est fait avec une guerre contre la nicotine, c'est une attitude vouée à l'échec comme la guerre contre la drogue. L'Organisation mondiale de la santé doit revoir ses efforts pour aider, par tous les moyens disponibles, à arrêter de fumer ce milliard d'adultes qui ne le peuvent toujours pas. »

OMS : La grande hypocrisie

Forum mondial Nicotine 2021 : Les cigarettes électroniques ne menacent pas la santé publique
Au Japon, les ventes de cigarettes ont chuté d’une tierce grâce à l'introduction de produits du tabac chauffés. Désormais, le défi consiste à rendre ces produits accessibles même à ceux qui vivent dans les pays à faible revenu.

Si l'expérience du Royaume-Uni est un cas positif pour les partisans du vapotage, on ne peut pas en dire autant de tous les pays.

Comme en Inde, où les cigarettes électroniques et les produits du tabac chauffé ont été récemment interdits, décision saluée par l'OMS, malgré une énorme diffusion de la cigarette parmi la population indienne.

Jagannath Sarangapani, membre de l'Association of Vapers India (AVI), a rappelé que les décès dus au tabagisme en Inde sont d'environ 1 million par an.

« Mais le marché de la cigarette est florissant et protégé : La législation sur les cigarettes n'a pas subi d'intervention depuis un certain temps, la fiscalité n'a pas été touchée depuis 3 ans.

Pourtant, l'OMS a récompensé le ministère indien de la Santé pour l'interdiction des cigarettes électroniques et des produits du tabac chauffés, dont les consommateurs ne représentent que 0,02% du marché.

La vérité est que rien d'efficace n'a été fait en Inde pour résoudre le problème du tabagisme et se concentrer uniquement sur ce 0,02% du marché représenté par des produits innovants, qui sont des outils de réduction des risques, n'a aucun sens. »


Un paradoxe encore aggravé par la législation sur la recherche : « D'une part, les autorités se plaignent du manque d'études, d'autre part, la réglementation indienne interdit aux organismes gouvernementaux de réaliser des études sur les outils de réduction des risques. »

« Bien qu'il existe de nombreuses recherches montrant que le vapotage est 95% plus sûr que le tabagisme traditionnel et que les cigarettes électroniques n'encouragent pas le tabagisme, l'opposition de l'Organisation mondiale de la santé s'est encore renforcée au fil du temps, poussant à la interdiction absolue ou réglementation extrêmement stricte de ces produits », a écrit Sarangapani, ajoutant que de cette manière, l'OMS influence les politiques de chaque pays, diffusant « Des jugements négatifs sur le vapotage qui ne correspondent pas à des preuves scientifiques. »
Forum mondial Nicotine 2021 : Les cigarettes électroniques ne menacent pas la santé publique
« Des déclarations, a poursuivi Snowdon, qui sont également reprises par des autorités telles que la Commission européenne, qui en préparant la nouvelle directive sur les produits du tabac (TPD) a cité les déclarations de l'OMS.

L'opposition implacable du secrétariat de la CCLAT au vapotage et à d'autres produits à base de nicotine moins nocifs devient une menace pour la santé mondiale : En l'absence de signaux positifs de l'Organisation mondiale de la santé, la prochaine conférence des parties du secrétariat de la CCLAT (Convention Cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac) prévue en novembre prochain pose un des risques non seulement pour le vapotage, mais aussi pour la santé publique »
, a réitéré le journaliste et écrivain britannique.

Les gouvernements qui reconnaissent l'importance de la contribution du vapotage à la lutte contre les méfaits causés par la consommation de tabac devraient saisir l'occasion de la conférence pour réaffirmer leur point de vue et « Cesser leur financement au secrétariat de la CCLAT, si l'OMS continue de répandre la désinformation sur les cigarettes électroniques. »

Chris Snowdon insiste sur la nécessité de mener des campagnes d'information capables de corriger cette « Ignorance croissante sur les fronts sociaux et politiques, qui conduit à des politiques de plus en plus restrictives. »

Et bien ce forum est une bouffée d’air frais pour les vapoteurs, ces discours se font de plus en plus entendre, pourtant les grandes institutions telles que l’OMS et la commission européenne se bornent dans leur position néfaste contre les produits de réduction des méfaits du tabac alors que les preuves scientifiques sur leur efficacité et leur moindre nocivité s’accumulent.
offre le petit fumeur
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article