Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Je débute dans le reconstructible : Le choix de mon premier atomiseur

Je débute dans le reconstructible : Le choix de mon premier atomiseur

Respire un bon coup parce que là, on ne rigole plus

Dans mon article précédent consacré à la boîte à outils pour le reconstructible, j’ai brièvemet évoqué les atomiseurs, le coton et les résistances.

Je ne voulais pas t’effrayer d’entrée de jeu... Mais maintenant tu peux commencer à trembler parce qu’on va y aller !!! Enfin ne tremble pas trop quand même, d’une part parce qu’il n’y a aucune raison pour cela et d’autre part parce que si tu trembles, tu vas à coup sûr foirer le montage de ta résistance et de ton coton et ce sera alors « retour vers le clearomiseur et les résistances d’usine » en moins de deux.

Nous allons commencer par la pièce centrale, celle où tout se passe : l’atomiseur.

T’es prêt ? Tire 2 ou 3 lattes sur ton clearomiseur qui va bientôt aller prendre la poussière dans le placard, et c’est parti !!!

RDA, RTA, RDTA : Au secours, j’ai besoin d’R !!!

Je t’ai dit dans mon précédent article qu’il y en avait un autre sur le site consacré à la différence entre ces ato que sont les RDA, RTA et autres RDTA.

Comme tu es un lecteur assidu, concentré et à l’écoute je suis certain que tu es allé regarder et que si je fais là maintenant une interro surprise, tu auras 21/20. Juste une précision : avec ton esprit vif, tu as noté que le point commun de ces appellations barbares, c’est le R : c’est l’initiale de Rebuildable qui, dans la langue de Michael Jordan (ça change un peu de Shakespeare) signifie... Reconstructible !!! Magique non ?

Je ne vais donc pas revenir sur le sujet mais te dire ce qui est le mieux pour débuter sans galérer, de mon point de vue et je crois du point de vue de beaucoup de vapoteurs ayant de l’expérience dans ce domaine.

Et le mieux, disons-le cash, c’est le RDA, qu’on appelle aussi dripper (encore un terme anglais, il y en a plein dans la vape).

Pourquoi ? Parce que...

Voilà, t’es convaincu par la solidité de mes arguments, non ? Non, vraiment ? OK, alors je vais t’expliquer.

L’avantage du dripper, c’est qu’il est très facile à cotonner et très permissif. Mettre du coton dans RDTA demande souvent beaucoup de précision et un tour de main pour arriver à glisser le coton dans les p’tits trous.

Mettre du coton dans un RTA n’est généralement pas très compliqué, mais il faut y mettre pile la bonne dose : si tu en mets trop, c’est le dry hit assuré (le dry hit, encore une expression anglaise, c’est lorsque tu tires une barre et que non seulement tu as un goût de cramé, mais qu’en plus tu te crames vraiment la gorge car le coton n’est pas imbibé de jus et qu’il brûle lorsque tu appuies sur le fire de ta box).

En revanche, si tu n’en mets pas assez, tu va avoir des remontées de jus dans la bouche, bref tu vas boire du eliquide or ce n’est pas le but de la manoeuvre, et si en plus les arrivées d’air (les fameux airflows, encore une expression... je crois que tu as compris) sont situés sur le bas de ton ato, tu vas avoir des grosses fuites (enfin pas toi hein, ton ato) et tu vas te retrouver avec du jus partout sur ta box, tes mains, dans ta poche, etc...

Alors qu’avec un dripper, non seulement il est facile de mettre le coton mais en plus, à moins de faire vraiment, mais vraiment n’importe quoi, même si tu n’es pas très précis sur ton cotonnage, tu éviteras les fuites et tu limiteras les dry hit.

C’est bon, cette fois je vous ai convaincu votre honneur ? Parce que sinon je ne sais plus quoi dire pour argumenter...

Un RDA OK, mais quel RDA ?

Je débute dans le reconstructible : Le choix de mon premier atomiseur
Tu croyais qu’on avait réglé la question de l’ato ? Que nenni !!! OK tu sais qu’il te faut partir sur un RDA mais il en existe plein et avec des caractéristiques différentes !!!

Laissons de côté pour le moment les RDA fonctionnant avec du mesh car comme je te l’ai dit dans mon article précédent, le mesh n’est vraiment pas idéal pour débuter.

Concentrons-nous sur ceux fonctionnant avec des résistances. Pour faire simple, tu as 2 catégories différentes :

- les RDA single coil, également appelés mono coil, qui fonctionnent avec une seule résistance. - Les RDA dual coil, également appelés double coil, qui fonctionnent avec... oui !!! 2 résistances !!! Bravo, t’as déjà tout compris !!!

On va s’arrêter là pour le moment sans entrer dans les différences entre velocity, post, postless, etc. Mais je t’en parlerai peut-être un de ces jours si tu es sage.

Pour commencer, je ne peux que te conseiller de partir sur un RDA single coil, car tu divises le travail de montage des coils et de cotonnage par 2 (c’est mathématique) et le rodage d’un coil est plus simple que le rodage de 2 coils (c’est peut-être encore du chinois pour toi mais crois-moi sur parole, nous y reviendrons dans un article qui sera consacré au montage et au cotonnage d’un ato).

Et je t’entends d’ici : « ok, un RDA single coil mais lequel, j’en ai vu plein dans mon shop préféré, alors abrège et dis-moi lequel choisir !!! » Ok, ok, j’y arrive, keep cool, si t’es nerveux tire une autre barre sur ton clearo qui va bientôt se retrouver sur un site de vente d’occase, puisque tu vas kiffer le reconstructible !!!

OK, un RDA single coil, mais lequel ?

Je débute dans le reconstructible : Le choix de mon premier atomiseur
Alors là y a pas à tortiller, il y en a un qui est fait pour toi jeune Padawan du reconstructible : le Wasp Nano RDA de chez Oumier (voir photos ci-dessus).

Pourquoi celui-là et pas un autre ? Parce que je touche 10 balles à chaque fois qu’il s’en vend un dans le monde... Mais non, même si j’aimerais bien car ce doit être un des RDA les plus vendus sur la planète dans la mesure où c’est celui qui est conseillé quasi systématiquement à toute personne voulant se lancer dans le reconstructible, et pour de très très très bonnes raisons :

- C’est un RDA single coil
- Il est petit et peut aller sur tous les modèles de box
- Il est très facile d’y installer et de positionner une résistance
- Il est très facile à cotonner
- Tu auras du coton fourni dans le packaging (mais pas de coil, donc il faudra en acheter)
- Il n’est pas cher du tout... Donc si tu ne kiffes pas le reconstructible, tu n’y auras pas laissé un bras (juste un ongle)
- Et enfin... Il fonctionne très très bien !!!

Petite suggestion pour toi, lecteur rebelle

Je débute dans le reconstructible : Le choix de mon premier atomiseur
Il y a toujours un gars dans l’assemblée (ou une fille, ne soyons pas sexiste) qui décide de jouer les rebelles et de faire le contraire de ce qu’on lui dit.

Comment je le sais ? Parce que c’est ce que j’ai fait quand j’ai débuté dans le reconstructible. Et je l’entends d’ici le lecteur rebelle, en train de marmonner que tout ça c’est nul, qu’il a un pote qui lui a dit qu'un dripper « le dual coil c’est vachement beaucoup plus mieux, en plus sur un dual coil tu peux toujours mettre un seul coil, alors que sur un single coil tu ne pourras pas en mettre deux, et qui peut le plus peut le moins ».

Voici mes suggestions que tu n’écouteras pas (ben non puisque tu es rebelle) mais que je vais quand même te donner, comme ça au moins j’aurai fait le taf et mon boss sera content.

Si tu décides donc de commencer sur un dual coil, évite de mettre un seul coil dessus car si techniquement c’est tout à fait possible et sans aucun risque sur le plan de la sécurité, il y a de forte chance que tu sois très déçu par les saveurs que tu auras, ou plutôt que tu n’auras pas (ce n’est pas systématique mais c’est souvent le cas).
Je débute dans le reconstructible : Le choix de mon premier atomiseur
Et si tu dois acheter un dual coil pour débuter, je te conseille d’acheter un Talo X RDA de chez Geek Vape (voir photos ci-dessous). Pourquoi ? Mais c’est que tu es super curieux toi !!! Je vais te dire pourquoi :

- Il est d’une taille raisonnable et peut aller sur quasi toutes les box
- Le packaging est bien fourni, notamment avec un guide de coupe qui t’indique à quelle taille couper les pattes de tes résistances. Tu auras aussi 2 résistances et du coton fournis dans le packaging
- Il est facile d’y monter les coils et de les positionner correctement
- Il est facile à cotonner
- Il n’est pas cher
- Et... Il offre une très bonne production de vapeur et un excellent rendu des saveurs !!!

C’est bon lecteur rebelle, tu es content, on peut avancer ? Alors avançons sinon on y est encore demain.

Ouf !!! Pour l’atomiseur, c’est réglé. Enfin réglé... Pas encore complètement, il te reste quand même... A l’acheter !!! Eh oui, on est sympa au JDV mais on ne va quand même pas offrir un RDA à nos milliards de lecteurs qui veulent se lancer dans le reconstructible !!!

Mais tu peux toujours aller faire un tour chez nos partenaires et utiliser un de nos codes promos.

Alors voilà ce qu’on va faire, tu commences à regarder où tu vas acheter ton dripper, moi pendant ce temps je t’attends tranquille en vapant sur le mien et on se retrouve dans quelques jours pour que je puisse te parler coton et résistance.


Retrouvez d'autres Je débute dans le reconstructible...
Je débute dans le reconstructible : Le choix de mon premier atomiseur
offre le petit fumeur
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article