Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Il faut limiter la publicité pour séparer les jeunes Canadiens de la ecigarette

Il faut limiter la publicité pour séparer les jeunes Canadiens de la ecigarette
La popularité du vapotage ne cesse d’augmenter. Un jeune Canadien sur six utilise maintenant la cigarette électronique, selon une nouvelle étude de l’Université de Waterloo en Ontario. Cette popularité semble attisée par des publicités dans les magasins et à la télévision, et elles doivent maintenant être beaucoup plus sévèrement réglementées de l’avis des experts.

Ces mêmes experts en santé publique au Canada avaient averti le gouvernement canadien l’an dernier qu’autoriser les fabricants à faire de la publicité pour les cigarettes électroniques entraînerait une hausse de la consommation chez les jeunes et les jeunes adultes.

Selon Robert Schwartz de la Dalla Lana School of Public Health de l’Université de Toronto, qui mène des recherches sur la question, il est urgent d’imposer des restrictions sur la publicité « étant donné le nombre de jeunes qui deviennent dépendants ».

Santé Canada rétorque qu’il a l’intention de mettre en place de nouvelles mesures pour freiner l’augmentation du nombre de jeunes vapoteurs. Une proposition restreindrait davantage les publicités. De plus, le ministère mettrait en place une nouvelle campagne d’éducation du public et des limites sur l’étalage des produits du vapotage dans certains points de vente.

Un sentiment d’urgence s’installe au pays notamment auprès des responsables scolaires qui parlent d’une épidémie. Dans certaines écoles secondaires de Montréal et de Vancouver, les directions ont décidé de restreindre l’accès aux toilettes pour empêcher l’usage de la cigarette électronique.

Selon David Hammond, chercheur en santé publique à l’Université de Waterloo, le tabagisme chez les adolescents canadiens semble augmenter pour la première fois en 30 ans, et le vapotage a augmenté de 74 % entre 2017 et 2018.

L’effet de la publicité sur la dépendance est encore démontré

Au Canada et aux États-Unis, la publicité sur le tabac est interdite. Les règles pour les cigarettes électroniques sont par contre plus souples. Au Canada, par exemple, les fabricants de cigarettes électroniques ont le droit de dire que les produits sont savoureux et de montrer des images éclatantes de cerises, mangues et autres fruits.

Dans une étude publiée lundi dans la revue Pediatrics, des chercheurs de l’Université du Texas montrent que les adolescents de 12 à 17 ans qui ont déclaré se souvenir du marketing de la cigarette électronique dans les magasins, par exemple sur les affiches, étaient presque deux fois plus susceptibles de commencer à faire du vapotage durant les deux ans et demi suivants.

Les chercheurs ont suivi 2288 jeunes de 12 à 17 ans et 2423 jeunes adultes de 18 à 29 ans.

La publicité « n’est peut-être pas l’indicateur le plus important, mais elle semble être un facteur », déclare la chercheuse principale Alexandra Loukas, professeur au Département de kinésiologie et d’éducation sanitaire de l’Université du Texas, à Austin, à HealthDay News.

Des mesures sont pourtant déjà en place

La Loi sur le tabac et les produits de vapotage interdit déjà la vente au Canada de tels produits aux mineurs. Elle impose des restrictions sur les endroits où les publicités peuvent être placées; l’imposition de restrictions sur le contenu des publicités; l’imposition de restrictions sur la présentation des produits en magasins; l’obligation d’inclure dans les publicités des avertissements relatifs aux impacts des produits sur la santé.

Toutes les provinces, sauf l’Alberta et la Saskatchewan, ont adopté des règles pour encadrer le vapotage. Le gouvernement ontarien a cependant affaibli sa législation récemment en autorisant la publicité dans les dépanneurs et les stations-service.

Selon Rob Cunningham, analyste principal des politiques à la Société canadienne du cancer, il devrait y avoir une interdiction totale de la publicité pour les cigarettes électroniques à la télévision et à la radio.

Le gouvernement fédéral reconnaît que « nos jeunes sont en crise » et prend des mesures pour y remédier, dit pour sa part Neil Collishaw, directeur de la recherche de l’organisme Médecins pour un Canada sans fumée. « Il y a toutefois quelques problèmes », a-t-il ajouté. Il craint que l’adoption de la nouvelle réglementation ne prenne deux ans ou plus, surtout en raison des prochaines élections fédérales.

« Ce sera deux ans de plus pendant lesquelles les enfants seront exposés aux publicités », a affirmé M. Collishaw.
Il faut limiter la publicité pour séparer les jeunes Canadiens de la ecigarette
Source :RCI
offre le petit fumeur
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article