Journal du Vapoteur - Actualités Vape - Revues pour Vapoteurs & tests eliquides

La Thaïlande chasse les fumeurs

La Thaïlande chasse les fumeurs
Ce 20 août, la loi interdisant de fumer à son domicile prendra effet. Loin d’être une prohibition totale, elle vise avant tout à protéger les personnes plus faibles des fumées de leur entourage et s’aligne à la volonté du gouvernement de lutter contre le tabagisme et reduire l'exposition des non-fumeurs.

Pour limiter les effets du tabagisme passif, une nouvelle loi interdisant aux Thaïlandais de fumer chez eux entre en vigueur à partir du 20 août. Cette “Loi sur la promotion du développement et de la protection de la famille” vise à protéger la santé des fumeurs passifs, souvent les femmes et les enfants, ainsi qu’à prévenir toute forme d’agression physique ou verbale. L’interdiction considère en effet le tabagisme non pas comme la source directe des violences domestiques, mais comme l’un des stimulants.

Dès lors, s’il peut être prouvé que les problèmes de santé des membres de la famille proviennent du tabagisme passif, il sera possible d’aller porter plainte devant le tribunal pénal ou celui de la jeunesse pour agression domestique causée par la fumée. Bien qu’aucune sanction n’ait encore été fixée, la justice peut ordonner de cesser de fumer chez eux et de se faire sevrer.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la consommation de tabac tue près de 81.000 personnes chaque année en Thaïlande dont 10% seraient victimes du tabagisme passif. Le nombre de fumeurs actifs et passifs atteint 14,6 millions de Thaïlandais, un nombre qui peine à diminuer malgré des campagnes de sensibilisation aux dangers du tabac et des réglementations plus restrictives pour décourager les fumeurs avec des amendes qui peuvent être salées.

Des espaces fumeurs de plus en plus réduits

Depuis le mois de février 2019, les espaces fumeurs intérieurs ont disparu et ceux situés à l’extérieur ont vu leur nombre réduit dans les six aéroports gérés par la société Airport of Thailand (AoT), à savoir ceux de Suvarnabhumi, Don Muang, Chiang Mai, Chiang Rai, Phuket et Hat Yai. L’amende en cas d’infraction s’élève à 5.000 bahts.

Depuis décembre 2018, il faut s’éloigner d’au moins 5 mètres des bâtiments publics pour faire sa pause cigarette sous peine d’une amende de 2.000 bahts. En effet, après les parcs publics et les quais d'embarquement (de gare, de gare routière ou de métro aérien notamment), l’interdiction s’étend aux abords des condominiums, hôtels, restaurants, bars, sites religieux, hôpitaux, écoles, les centres commerciaux…

Pour rappel, depuis 2008, il est interdit de fumer dans les bars, les restaurants et les marchés ainsi que de jeter ses mégots dans la rue, au risque d’une amende de 2.000 bahts.

Une vingtaine de plages situées dans les hauts lieux touristiques de Thaïlande, notamment à Pattaya, Phuket, Hua Hin, Krabi, Koh Samui et Phang-nga sont devenus des zones non-fumeurs depuis décembre 2017. Ici, les raisons invoquées sont surtout écologiques et l’amende en cas d’infraction peut s’élever à 100.000 bahts et/ou d’un an de prison. Pour les accros, des espaces ont été mis en place sur chaque plage avec des cendriers.

Une autre interdiction, parfois méconnue des voyageurs ou laissée à l’appréciation des autorités, est celle qui concerne la cigarette électronique. Depuis 2014, la possession d’une vapoteuse est passible de 5 ans de prison et/ou d’une amende de 4 fois la valeur de l’objet, tandis que son importation, vente ou production peut entraîner jusqu’à 10 ans de prison.

En janvier 2019, une Française de 31 ans a passé 4 jours en détention pour avoir fumé une cigarette électronique.


Source : Le petit journal
offre le petit fumeur
voopoo
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article