Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Bercy promet une aide de 100 millions d’euros aux buralistes

Bercy promet une aide de 100 millions d’euros aux buralistes
Le ministère de l’Économie lance un plan pour aider les buralistes à moins dépendre du tabac. Bercy ajoute 100 millions d’euros à une enveloppe précédente, qui accompagnera les professionnels jusqu’en 2021.

Réduire la dépendance des Français au tabac, mais aussi celle des buralistes. Le ministère de l’Économie et la confédération des buralistes ont signé vendredi 2 février un protocole d’accord pour aider à réduire la dépendance de ces derniers aux ventes de tabac, dont le gouvernement tente de réduire la consommation.

Ce nouveau protocole, qui s’étale sur la période 2018-2021, représente une enveloppe d’environ 100 millions d’euros, venant s’ajouter aux 68 millions d’euros d’un précédent protocole d’accord (2017-2021) signé avec le gouvernement en 2016 pour soutenir les buralistes.

Anticiper le plan santé du gouvernement

« L’objectif prioritaire […] est d’accompagner les buralistes […] passant du modèle de débitant de tabac à celui de nouveau commerçant de proximité. Il prévoit à ce titre la création d’un fonds temporaire de transformation des buralistes destiné à permettre la mutation de la profession vers une moindre dépendance à l’activité de vente de tabac », écrit Bercy dans un communiqué.

Il s’agit surtout d’anticiper le plan santé du gouvernement, qui va porter progressivement le prix du paquet jusqu’à 10 euros en 2020, donc préparer le réseau des buralistes à rebondir face à ce calendrier fiscal, à cette hausse et aux nouveaux modes de consommation des Français en termes de service de proximité, explique Philippe Coy, président de la confédération des buralistes.

« Devenir le drugstore du quotidien »

Selon lui, les buralistes « auront toujours le monopole de vente du tabac pour l’État » mais « ils doivent devenir le drugstore du quotidien, en reconfigurant ses points de vente, selon les zones ».

« Ils doivent prendre toute leur place dans le quotidien des Français, en vendant par exemple, en zone urbaine ou rurale, des produits de circuits courts, avec un viticulteur ou un producteur de légumes, qui viendraient apporter un complément », décrit-il. Il rappelle aussi que « la vente des produits du vapotage va prendre de l’importance dès le mois de mars avec l’augmentation des prix des cigarettes ».

2,6 milliards d’euros d’aides entre 2004 et 2011

Les efforts de diversifications vont dans le sens de recommandations faites l’an dernier par la Cour des comptes qui, dans son rapport annuel, avait jugé « très contestable » une politique de soutien aux buralistes selon elle « menée à l’aveugle, avec des dispositifs insuffisamment contrôlés et ciblés ». Elle estimait que « l’objectif principal » devait être « la reconversion des commerces de vente de tabac à d’autres activités ».

Selon elle, le soutien aux buralistes, toutes aides confondues, s’était élevé à 2,6 milliards d’euros entre 2004 et 2011, soit plus de 300 millions d’euros par an.


Source : Ouest-France
offre le petit fumeur
Apivape
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article