Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Le CBD arrive dans les tabacs

Le CBD arrive dans les tabacs
Divers magasins, dont des bureaux de tabac toulousains, commercialisent des recharges pour cigarettes électroniques au goût de cannabis. Ces « pétards » électroniques sont légaux en France.

On connaissait déjà le parfum Marijuana pour homme, ou encore la bière au chanvre, et voici que les tabacs toulousains se mettent à commercialiser des huiles goût cannabis pour cigarettes électroniques ! En pratique, la vente de ces flacons contenant du cannabidiol (CBD) est légale et effective depuis plusieurs années en France. Dans le quartier des Minimes, le tabac Roland Garros a reçu quelques échantillons. « Je ne les ai pas mis en vente pour l'instant car j'attends plus d'infos de la part de mon fournisseur », explique Michael Velayguet, le patron. Le gérant attend également d'autres références, avec des concentrations en CBD plus élevées. « Les prix vont varier entre 12,50 € et 60 ». On peut s'offrir ainsi un « pétard » électronique, qui a l'odeur d'un joint classique, mais pas l'effet « défonce ». « Il ne faut pas confondre le THC, molécule psychoactive, et le CBD qui ne l'est pas », explique le laboratoire de Vap'fusion, un fabricant de liquides pour cigarettes électroniques. Sur l'étiquette d'un flacon au tabac Roland Garros, on notera tout de même la mention « peut provoquer des somnolences ».

« Le cannabis, c'est la somme de plusieurs molécules de THC et du CBD », rappelle le docteur Franchitto, addictologue au CHU de Purpan. « Ce dernier peut avoir un effet relaxant et anxiolytique, qui est justement un frein aux effets excitants provoqués par les molécules de THC. Là où il y a un flou, c'est que les flacons contiennent de l'huile enrichie en CBD mais avec de potentielles traces de THC, non mentionnées sur l'étiquette ».

« Pour l'instant, le cannabidiol n'est pas inscrit sur la liste des stupéfiants. Toute l'interrogation autour de ces flacons réside dans leur dosage. Certains en auront un usage récréatif, à forte dose. Mais à faibles doses, ça peut servir de sevrage pour certains, ça peut aussi intervenir dans une thérapie avec toujours un accompagnement médical. Je pense que c'est une bonne solution dans la réduction des risques, il ne faut pas le diaboliser ! », résume le médecin.


Source : La Dépêche
voopoo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article