Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualités sur la Vape - Revue pour Vapoteurs & tests eliquides

Nos amis vapoteurs belges risquent de replonger dans le tabagisme

Nos amis vapoteurs belges risquent de replonger dans le tabagisme
Considérés comme non-essentiels en Belgique, les magasins spécialisés dans le matériel de cigarette électronique sont fermés, au contraire d'autres pays européens. Avec le risque, selon Max, de faire replonger certains anciens fumeurs de tabac dans leur ancienne addiction.

Les semaines passent et les vapoteurs voient leur stock de e-liquide diminuer inexorablement. En effet, les magasins qui vendent du matériel de vapotage (flacons, cigarette électroniques, etc.) sont fermés depuis le 18 mars, respectant ainsi les mesures prises par les autorités fédérales pour empêcher la propagation du coronavirus. Les consommateurs de ce type de produits se retrouvent donc sans possibilité de s'approvisionner. À l'instar de Max, de Liège, qui nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous : "Que dois-faire ? J'ai peur de recommencer à fumer", s'inquiète-t-il.

Son projet d'arrêter de fumer mis à mal

Il y a deux ans, Max a décidé d'arrêter de fumer du tabac. Une démarche bien pensée : "J'ai choisi la cigarette électronique et j'ai diminué progressivement le pourcentage de nicotine contenue dans le e-liquide", explique-t-il. Max utilise actuellement du liquide à 3% de nicotine, ultime étape avant de tout arrêter, en principe dans deux mois. "C'est un beau projet mais voilà je ne sais plus m'approvisionner", déplore-t-il.

Son cas n'est pas isolé. "Tous ceux qui ont commencé à vapoter et qui n'ont pas de produits sont en manque, donc automatiquement, ils vont recommencer la cigarette", met en garde Patrick, cofondateur de l'Union Belge pour la Vape (UBV-BDB).

La vente en ligne de ce type de produits est interdite

Si les services de livraisons garantissent la possibilité d'acheter de nombreux produits, ce n'est pas le cas pour la cigarette électronique et ses produits associés. "Même, en ligne, ils (les boutiques de "vape") ne vendent pas aux Belges", déplore Max. L'arrêté royal du 28 octobre 2016 interdit effectivement la vente en ligne de cigarettes électroniques et des flacons de recharge avec nicotine. "La Belgique interdit la vente en ligne de e-cigarettes et leur importation par des webshops étrangers. Les vendeurs belges ne peuvent plus commercialiser de cigarettes électroniques ni leur recharge sur Internet. Tant en Belgique qu’à l’étranger", précise le centre européen des consommateurs sur son site internet.

Des magasins de cigarettes électroniques bravent l'interdiction

"Connaissant pas mal de patrons de magasins de cigarettes électroniques, il y en a certains... un petit coup de fil, un petit message sur Facebook et ils s'arrangent pour dépanner", confie Patrick. Nous l'avons vérifié, plusieurs commerces belges passent effectivement outre l'interdiction de vente à distance. Un de ces commerces bruxellois n'hésite d'ailleurs pas à le faire savoir sur la page d’accueil de son site internet : "Notre équipe reste à votre disposition pour assurer un service à domicile. Contactez-nous via Facebook", peut-on lire.

Les associations de vapoteurs ont obtenu gain de cause en France et en Italie, pas en Belgique

Patrick ne se satisfait pas de cette situation, surtout en regard des décisions prises en France et en Italie. Dans ces deux pays, si les boutiques de cigarettes électroniques ont été fermées dans un premier temps, elles ont rapidement obtenu des dérogations. Les communautés de vapoteurs se sont mobilisées, avec succès, arguant que leur fermeture allait pousser les vapoteurs à se tourner vers la cigarette.

Le co-fondateur de l'Union Belge pour la Vape interpelle régulièrement Maggie De Block, la ministre de la santé, sur les réseaux sociaux. "A chaque fois, je relance mais je ne n'ai aucun retour", regrette-t-il. Des magasins belges de produits de cigarettes électroniques, des associations de vapoteurs françaises et suisses ont contacté le SPF Santé, raconte Patrick. Sans plus de réussite. "Apparemment ils n'en ont rien à faire", déplore-t-il.

Un assouplissement de la loi est-il envisagé pour ces commerces ? Les autorités ne souhaitent pas communiquer sur le sujet actuellement. Le centre de crise a prévu une annonce ce mercredi 15 avril relative à l'évolution du confinement. Les mesures prises préalablement dans le cadre du confinement pourraient être modifiées ou simplement prolongées de deux semaines.


Source : RTL

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article